News AFP 2011 (les informations et liens favoris sur l'entreprise AFP) 

  

 

Retour  INDEX   /  Le Bureau  / Agenda   /  Publications  /   News Adhérents  /  News AFP  / Liens favoris

 

 

     

News Afp : année 2017-2016   année 2015    année 2014    année 2013    année 2012    année 2011    année 2010    année 2009    année 2008

    Les dernières News de l'AFP... et du "club" des Agences de presse - ANNE 2011

 

22 décembre 2011 - Grégoire Lemarchand est promu responsable des réseaux sociaux de l'AFP,

Entré à l’AFP en 2000 après une maîtrise de droit et des études au Centre de Formation des Journalistes (CFJ) à Paris, il se consacre durant quatre ans à la rubrique football du service Sports, dont il devient le responsable pendant deux ans à partir de 2004. Il est en parallèle président de l’association des Anciens du CFJ.
En 2006, il est nommé reporter chargé des Sports au bureau de Rome, avant d’intégrer en octobre 2010 la rubrique Médias au sein du service Société de l’AFP où il sera plus particulièrement en charge des nouveaux médias et de l’audiovisuel.
Dans sa nouvelle fonction, il sera le référent de la rédaction de l’AFP en matière de réseaux sociaux. Il aura pour missions d’aider les journalistes à y rechercher les informations les plus pertinentes pour leur domaine de couverture et à effectuer un travail de vérification, d'organiser l'alimentation des comptes de l'agence sur Twitter et Facebook et de contribuer aux réflexions stratégiques de l'agence dans ce domaine.
Agé de 36 ans, Grégoire Lemarchand succède à François Bougon, qui rejoint le service international du Monde, où il sera chargé de l’Asie.

 

 

15 décembre 2011 - Le Conseil d’Administration de l’AFP a approuvé les comptes intermédiaires au 30 juin 2011 au cours de sa réunion du 13 décembre 2011: l’agence atteint son objectif semestriel de chiffre d’affaires (140,3 m€), de marge de résultat (9 m€) et de résultat net positif de 200 000 €.

Le conseil a ensuite procédé à l’examen des perspectives budgétaires au 31 décembre 2011 et du projet de budget pour 2012.

En ligne avec l’arrêté des comptes au 30 juin, l’estimé à fin 2011 prévoit un chiffre d’affaires de 280 M€, supérieur au budget, une marge de 16,2 M€ en progression de 1,2 M€ par rapport à un budget voté de 15 M€ et un résultat net positif de 1,8 M€.

Le conseil a approuvé le budget pour 2012.

Le budget pour 2012 s’inscrit dans le cadre du plan stratégique qui avait été validé par le conseil d’administration de l’Agence le 19 novembre 2010. Il permet notamment le développement de la vidéo, le renforcement du multimédia, l’extension de la langue arabe, la poursuite du plan Brésil et une présence accrue de l’Agence sur les réseaux sociaux. En outre, le budget d’investissement prévoit la poursuite du projet « IRIS » qui vise à rénover en profondeur les outils de production et de diffusion vers les clients, la poursuite des travaux de réaménagement du siège entamés cette année, ainsi que de nouvelles dotations en matériel pour les photographes et les vidéastes.

Les produits d’exploitation sont prévus à hauteur de 285 M€, la marge à hauteur de 15 M€ et le résultat net est à l’équilibre.

Par rapport au budget 2011, et dans des hypothèses de taux de change comparables, le budget prévoit des recettes en augmentation de 5,4 M€ (2%), avec des progressions importantes attendues sur les lignes de produits stratégiques: vidéo (+ 40%), journal Internet (+20%), services en arabe et portugais (+7%)

Les charges restent maîtrisées avec une progression à périmètre constant de 2% de budget à budget.

Dans un contexte de crise économique en général, et de crise de la presse en particulier, l’équilibre budgétaire de 2012 réussit à développer notre chiffre d’affaires à l’international, préserver nos parts de marché sur la France, faire croître nos offres commerciales et continuer à investir dans nos outils de travail qui permettront à l’AFP de produire une information multimédia et la refonte du siège, place de la Bourse.

Le PDG a ensuite présenté au conseil, pour information, un premier bilan de la mise en œuvre de la stratégie d’entreprise validée en novembre, l’année 2011 ayant permis des progrès significatifs, en particulier sur l’accroissement de la qualité et de la quantité de vidéos produites, qui se traduit par 150 à 200 vidéos par jour fin 2011 ou encore sur le développement d’une production en portugais à destination du marché brésilien sur lequel un chiffre d’affaires de 1,8 millions d’euros est prévu en 2012.

Le sport constitue également une priorité avec le développement de nouveaux produits mobiles. Les recettes spécifiques du sport sont en progression de 34 % entre 2011 et 2012, aidées en cela par les événements sportifs de 2012 : JO de Londres et Euro de football. (afp.com)

 

 

14 décembre 2011 - L'Etat va confirmer la mission d'intérêt général de l'Agence France-Presse en incluant un amendement dans une proposition de loi qui doit être votée au Sénat en janvier 2012, selon un communiqué publié mardi 13 décembre 2011 à l'issue d'un Conseil d'administration de l'AFP.

Une des représentants de l'Etat au CA de l'AFP a dit lors de la réunion que "les pouvoirs publics proposent d'introduire un amendement dans la Proposition de Loi *simplification du droit* dite PPL Warsmann".

"Cet amendement a pour but de reconnaître la compensation des missions d'intérêt général de l'AFP. Il s'agit de sécuriser les financements publics de l'Agence. Cette PPL doit être votée au Sénat en janvier prochain", selon le communiqué de la direction de l'AFP.

La reconnaissance par l'Etat des missions d'intérêt général effectuées par l'AFP répond à une demande de la Commission européenne à l'Etat français concernant la nature des relations contractuelles entre l'Etat et l'agence pour la fourniture de ses services. Une procédure précontentieuse est actuellement instruite par la Commission européenne à la suite de la plainte de l'agence allemande DAPD, qui a soupçonné l'Etat français d'aide illégale à l'AFP.

"Après trois courriers entre Bruxelles et l'Etat français, il est clair désormais pour les services de la Commission que l'AFP reçoit bien, au moins pour partie, une aide de l'Etat français au travers de ses abonnements", ont dit de leur côté les représentants du personnel de l'agence au CA.

Selon leur compte-rendu, la représentante du Premier ministre au CA, Laurence Franceschini, a "évoqué un amendement rédigé par la commission des Affaires culturelles du Sénat qui modifierait l'article 13 sur les ressources de l'agence, sans toucher aux autres articles du statut de l'AFP".

"Il s'agirait d'y insérer une référence à la compensation par l'Etat des missions d'intérêt général exercées par l'agence", ont-il ajouté. "La proposition de loi de simplification administrative, déjà adoptée à l'Assemblée nationale, pourrait l'être devant le Sénat dans la première quinzaine de janvier", ont-ils précisé.

Au printemps, une proposition de loi réformant plus largement le statut de l'AFP avait été déposée au Sénat, mais n'avait pas été inscrite à l'ordre du jour. Les organisations syndicales de l'AFP avaient alors dénoncé une atteinte à l'indépendance de l'agence et provoqué une crise de confiance au sein de son personnel.(info AFP via Google) 

 

 

09 décembre 2011 - Dans la série des anciens de l'AFP sur le devant de la scène médiatique: Charles Biétry (AFP1966-1984) Directeur d'Al-Jazira Sport en France (article de Bertrand-Régis LOUVET/LE Parisien.fr)

Quel moteur intime incline donc Charles Biétry à revenir sur le devant de la scène médiatique? A 68 ans, l’âge de cultiver un potager ou de parcourir le monde pour effectuer l’ultime examen d’une vie, ce Breton repart au combat. Mandaté par le groupe qatarien Al-Jazira pour créer avant l’été prochain une chaîne de sport qui bouleverse déjà le paysage audiovisuel français.

 « J’ai pensé que je pouvais arrêter, confesse-t-il. Mais mon meilleur copain, avec lequel je jouais au golf, au tennis à Carnac, est mort. Je me suis trouvé face à un mur. Vivre là-bas n’avait plus de sens. Ma femme et mes enfants l’ont compris. Je suis parti pour une aventure formidable de deux ans à l’Equipe TV. Cela m’a redonné la pêche. Et lorsque Al-Jazira te contacte, tu as l’impression de te retrouver en 1984 au début d’une histoire comme avec Canal +. »
Le créateur, avec le réalisateur Jean-Paul Jaud, d’un traitement du sport à la télévision jamais vu en France, avec la chaîne cryptée, n’a plus rien à prouver dans ce milieu. Peut-être un peu plus à lui-même. Ce côté corsaire l’anime. Son scoop
fondateur l’illustre bien : aux JO de Munich en 1972, il est le premier à annoncer le décès des onze athlètes israéliens pris en otages par le groupe palestinien Septembre noir. Alors que tous les journalistes planquaient pour obtenir l’information devant l’entrée principale de l’aéroport de Fürstenfeldbruck où avait lieu la prise d’otages, lui a préféré une autre porte. Bingo. A l’Agence France Presse, Canal +, France Télévisions ou l’Equipe TV, il tente des choses, remue.
Entier, il aime qu’on le suive. Cela dit, il y a deux Charles Biétry. Le grand-père vous parle dans sa maison de Carnac avec son petit-fils babillant sur son épaule, alors qu’il lui donne le biberon. Le même promet à un frère d’armes de l’AFP, Bernard Ficot, juste avant sa mort, de veiller sur son fils. Dix ans plus tard, ce sentimental honore toujours cette parole. Il voue un vrai culte à l’amitié. « J’aime fonctionner en bande, opine Biétry. J’ai découvert avec Coco Suaudeau, au FC Nantes, les vertus du collectif. »
Ainsi dans l’aventure Al-Jazira Sport, on retrouve le réseau Canal + historique, Sophie Jordan et Thierry Schluck. A l’opposé, il mue sans peine en « menhir », un surnom parmi d’autres. Remonté, il propose à la femme d’un basketteur vedette de témoigner contre ce dernier dans leur divorce à l’époque du PSG Omnisports qu’il préside. Rancunier, Biétry? « Oui je suis rancunier. J’ai de la mémoire même si je prends plus de recul en vieillissant. L’amitié est parfois si profonde qu’une rupture me blesse. Cela vient souvent d’une bêtise, comme avec Michel (Denisot) et Thierry (Gilardi). Cela prend le temps mais j’aime réparer ce qui a été abîmé. » Pas toujours. Ancien directeur du PSG Omnisports, Pierre Chabaud témoigne : « Charles est venu me chercher alors que j’étais dans le creux. J’ai vécu les plus belles années de ma vie professionnelle, cela marchait bien. Il a eu le sentiment que je lui faisais de l’ombre. Il a voulu m’imposer un supérieur hiérarchique. Je suis parti. » Point final.
Après quelques échecs et une traversée du désert, son spectaculaire retour sur le devant de la scène médiatique avec Al-Jazira ressemble fort à un dernier baroud contre Canal +. Pierre Salviac, son camarade depuis 1968, confirme : « A mon sens, il n’a pas digéré son éviction de la présidence du PSG en 1998 par Canal +. Il veut les briser et en a les moyens. » L’intéressé dément avec un petit sourire en coin. Faut-il le croire?
Un rien boy-scout, Biétry bataille pour les siens. L’organisateur de boxe Michel Acariès, un ami de quarante ans, témoigne : « Charles ne laisse jamais quelqu’un sur le bord de la route. Il fait les choses avec ses tripes. Il a aussi un côté chef de commando. » On le soupçonne même de s’amuser de l’image dure qu’il renvoie parfois. Son vieux pote Guy Drut, député UMP, apprécie : « Quelle réussite professionnelle. Chapeau! » Puis il chambre : « Mais un socialiste travaillant avec le Qatar, c’est tout lui ça…. » Depuis quarante ans, ils se chamaillent sur le sujet. Le nouveau boss d’Al-Jazira Sport aime plaisanter… mais pas trop avec la politique. Son ancrage à gauche, il y tient : « Quand tu es fils d’instituteur à Rennes, c’est difficile d’y échapper. J’ai collé des affiches à 18 ans et peut-être participerai-je à la campagne de 2012 même si l’intégrisme socialiste m’agace parfois. » Ainsi va donc Charles Biétry, dont la batterie de téléphone portable se décharge plusieurs fois par jour. Il aime cette douce frénésie et conclut :  "Aujourd’hui, j’ai 20 ans!"  (Bertrand-Régis LOUVET/LE Parisien.fr)

 

 

05 décembre 2011 - BNP Paribas s’associe à l’AFP pour lancer sa nouvelle application "Mes Actus" . Grâce au développement de l’Internet mobile et du marché des smartphones, un certain nombre d’applications permet aujourd’hui de faciliter notre vie quotidienne, les établissements bancaires rivalisant d’ingéniosité, en la matière, pour offrir, à leurs usagers, des solutions toujours plus simples et efficaces, à l’image de BNP Paribas qui donne aujourd’hui la possibilité à ses clients, grâce à son application « Mes Actus », de rester en permanence informés des derniers événements.

Résultant d’un partenariat conclu avec l’Agence France Presse, cette nouvelle application « Mes Actus » offre, en effet, à chacun, l’opportunité de rester averti du moindre fait, dans des domaines aussi variés que l’économie, la politique, le sport, la culture et bien d’autres sujets encore, garantissant ainsi d’être informé, quasiment en temps réel, des dernières nouvelles du monde entier, et ce, où que l’usager se trouve.
 Entendant apporter, à ses utilisateurs, le meilleur service, l’application «
Mes Actus » s’avère être particulièrement complète ; bénéficiant, tout d’abord, d’un mode déconnecté, pour permettre à ceux-ci de bénéficier de ces services où qu’ils se trouvent, la solution offre aussi un nombre particulièrement important d’options de personnalisation, permettant d’adapter parfaitement cet outil à ses besoins, la possibilité de sauvegarder, voter et partager les articles constituant un avantage indéniable.

Venant ainsi s’inscrire dans le cadre de la nouvelle politique de BNP Paribas, axée sur le développement de services de Mobile Banking, la publication de cette application constitue un avantage indéniable pour les usagers de l’établissement bancaire, les personnes ayant recours à l’investissement sur les marchés financiers pouvant trouver, en elle, un précieux allié dans la recherche des meilleures opportunités.

 

 

02 décembre 2011 - L'Agence de Presse Algérienne (APS) fête ses 50 ans.

Il y a exactement 50 ans, le 1er décembre 1961, l'agence Algérie Presse Service (APS) diffusait sa première dépêche depuis Tunis en pleine guerre d'indépendance, avant de transférer quelques mois plus tard son siège à Alger. Ses premières informations ont été publiées sous la forme d'un bulletin quotidien barré aux couleurs de l'emblème national, distribué à Tunis et sous le manteau en Algérie.

Dès la proclamation du cessez-le-feu et juste avant l'indépendance nationale, l'APS s'installe à la Casbah d'Alger, haut lieu de résistance, puis change plusieurs fois de siège à mesure qu'elle s'agrandit.

Société publique, elle est aujourd'hui dotée de près de 460 salariés dont 300 journalistes, photographes et traducteurs et possède plusieurs bureaux à l'étranger. Elle reprend également les informations des agences de presse internationales dont l'Agence France-Presse. Le ministre de la Communication et ancien dirigeant de l'APS, Nacer Mehal a salué jeudi "tous ceux qui ont contribué à la création de l'agence et à son développement", au cours d'une cérémonie au siège de l'agence, sur les hauteurs d'Alger, qui abrite également des services du ministère de la Communication.

Le cinquantième anniversaire a également été marqué par un colloque sur le thème "L'agence de presse, le service public et les opportunités de l'information en ligne", ainsi que par une exposition montrant les premiers bulletins d'information et des équipements utilisés à l’époque

 

 

28 novembre 2011 - L'AFP lance une application iPad en espagnol et portugais proposant après la version en anglais sortie en septembre,  une sélection de textes, vidéos, photos et infographies produites par son réseau mondial de journalistes.

L'application iPad de l'Agence France Presse en portugais pour le Brésil, présentée le 28 novembre 2011 à Montevideo (AFP, Stf)Il s'agit de la première application d'une agence de presse mondiale dans ces langues.

"Le lancement de ces applications s'inscrit dans une série d’investissements en cours en Amérique latine", a annoncé le PDG de l'AFP Emmanuel Hoog, qui s'est rendu ces derniers jours à Buenos Aires, Montevideo, Rio de Janeiro et Sao Paulo à l'occasion du lancement de ces applications.

"L’AFP souhaite se rapprocher davantage d’un public demandeur d’actualités internationales à qui seule une agence mondiale d’information - dotée d’un réseau de 1.500 journalistes présents dans 150 pays - peut répondre de façon immédiate et pertinente", a ajouté M. Hoog.

La page principale de l'application propose des photos et vidéo actualisées en temps réel, accompagnées de dépêches complètes.

Elle présente également des rubriques (Amérique latine, monde, sport, économie, sciences et techniques, culture, société et écologie) ainsi qu'un volet "alertes" qui défile en continu dans un bandeau situé sur la partie supérieure de l’application.

D'un clic, l'application offre la possibilité d'avoir accès à des diaporamas vidéo et photo accompagnés de légendes. Plusieurs galeries photos présentant les meilleures images du jour - sport, mode, arts et insolite - sont également accessibles à travers cette entrée.

L'application AFP propose aussi un autre regard sur le monde grâce à une partie magazine spécialement conçue pour l’iPad par la rédaction web et mobile de l'agence. Elle se compose de deux rubriques - Reportages et Analyse - agrémentées de textes, de photos, de vidéos et d’infographies.

Certains de ces contenus sont également disponibles sur une application iPhone lancée en janvier 2010 en cinq langues (espagnol, portugais, anglais, allemand et arabe

 

9 novembre 2011 - AP-France en négociation avec l'agence allemande DAPD

La direction d’Associated Presse-France (AP-France) est en négociations avec l'agence allemande DAPD pour une éventuelle reprise de son service en langue française, a-t-on appris mercredi de source syndicale.

DAPD, deuxième agence allemande bâtie autour de l'agence DDP qui avait repris ADN, celle de l'ex-Allemagne de l'Est, a racheté l'été dernier l'agence photographique SIPA.  DAPD avait annoncé à cette occasion son intention de s'installer sur le marché français des agences de presse..

Depuis quatre ans, les salariés d'AP-France déplorent un flou total sur les intentions de la direction après une première tentative de cession au groupe Bolloré, menée par Bertrand Eveno, ancien PDG de l'AFP, ont rappelé les organisations syndicales

La direction d'AP-France n'a pu être jointe mercredi.

A vouloir imposer aux salariés une "cession" contre leur gré, la direction et son partenaire foncent droit dans le mur et courent à l'échec. Quel repreneur pourrait être intéressé par une équipe hostile?", indique un texte diffusé mercredi l'intersyndicale SNJ/CFDT/CGT d'AP-France.

Aujourd'hui, la direction d'AP-France croit pouvoir "céder" le service français et ses salariés à un repreneur allemand, DAPD-Sipa, sans leur demander leur avis, sans leur laisser le choix d'y aller ou pas, sans réparer le préjudice causé par ces quatre années de souffrance", selon le texte.

L'intersyndicale rappelle que la rédaction est "formellement opposée" à ce projet de cession, "comme elle l'a écrit dans une motion en date du 27 octobre 2011" et que "la seule solution est d'associer dès à présent le personnel, ses représentants et les organisations syndicales aux projets et négociations en cours"

En novembre 2009, la direction avait déposé un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), qui a été retiré en mars 2011. Elle avait à l'époque prévu la fermeture du service français d'AP avec à la clef des licenciements et des reclassements externes des salariés.

AP-France, filiale de l'agence américaine Associated Press, employait 57 salariés en France, dont 25 journalistes et 69 pigistes permanents ou occasionnels à la fin 2010.  DAPD a déjà repris le service allemand de AP et une partie des activités de l'agence américaine en Suisse.

 Dernière information : L'agence américaine Associated Presse (AP) a fait état de "manifestations d'intérêt" de la part de tiers pour son service en français sans pour autant avoir reçu de proposition concrète, assure-t-elle dans un communiqué samedi  12 novembre 2011 à l'AFP.

Cette mise au point intervient après qu'une information de source syndicale eut évoqué des négociations avec l'agence allemande DAPD pour une éventuelle reprise du service d'Associated Press en langue française. "S'il est vrai que, de temps à autres, des manifestations d'intérêt ont pu être reçues de tiers par l'Associated Press à New York, à ce jour aucune ne s'est traduite en proposition permettant à l'AP à Paris d'initier une information et une consultation utile des représentants du personnel conforme aux principes de droit français", écrit Pierre-Yves Glass, directeur d'AP pour la France.

"Certaines déclarations publiques, y compris à la presse, ont été effectuées le 9 novembre 2011 par des représentants syndicaux de l'Associated Press en France, qui sont inexactes", poursuit M. Glass.

"La direction française de l'Associated Press n'a jamais communiqué au sujet d'un acquéreur tiers du Service Français, sauf à faire valoir que l'Associated Press s'est toujours attachée à trouver des solutions permettant de réduire les conséquences sur l'emploi d'une éventuelle réorganisation dudit service", poursuit-il.

L'AFP avait vainement sollicité la réaction de M. Glass, à trois reprises, le 9 novembre

 

 

 

 

07/11/2011 - l'Agence de presse Xinhua : 80 ans de parcours vers une renommée internationale. Le 1er septembre 1944, un signal radio est détecté et capturé sur les côtes ouest des Etats-Unis. Originaire de "Yan'an, Xinhua", le signal a été émis depuis une caverne dans l'ouest de la Chine et a parcouru plus de 12 000 km. Le message est ensuite transmis à de hauts responsables à Washington, permettant à ceux-ci de découvrir les derniers développement de la guerre antijaponaise en Chine.

En émettant son premier signal radio en langue anglaise, l'Agence de presse Xinhua (Chine Nouvelle) réussit ainsi son lancement à l'étranger et débute ses communications avec le monde extérieur.

Soixante-sept ans plus tard, un manuscrit du premier message radio de Xinhua est conservé dans les archives de la Commission fédérale des communications du Maryland.

Parallèlement, sur la très célèbre Times Square (New York), Xinhua achète un emplacement publicitaire à côté de ceux de Coca-Cola et de Samsung. Le panneau LED, haut de 60 pieds et large de 40, est destiné à présenter les services de Xinhua.

Durant ses 80 ans de parcours, l'Agence Xinhua s'est déplacée d'une grotte de Yan'an à des bâtiments modernes dans la capitale chinoise, fournissant 24h sur 24h des services d'information en de nombreuses langues et sous divers formats.

Des débuts modestes .......Xinhua a été fondée sous le nom d'Agence de presse Chine rouge, le 7 novembre 1931, marquant le début d'un parcours long et difficile pour obtenir une réputation internationale.

"Xinhua est devenue l'agence de presse officielle depuis la fondation de la République populaire de Chine en 1949. Après la conférence de Genève en 1954, le gouvernement central a décidé de faire de Xinhua une agence de presse internationale", rappelle Yang Yi, ancien vice-président de Xinhua.

En 1948, Xinhua choisit Prague, capitale tchèque, pour y ouvrir son premier bureau à l'étranger. 

Après Prague, d'autres bureaux sont installés à Londres et à Pyongyang. En 1965, Xinhua possède 51 branches à l'étranger et emploie des correspondants locaux dans 32 pays.

En 1954, les journalistes de Xinhua couvrent le premier grand événement international de l'agence, la Conférence de Genève, au cours de laquelle les puissances mondiales s'étaient réunies pour trouver une voie vers l'unification de la Corée et discuter de la paix en Indochine.

Xinhua était chargée de la couverture de cet événement et a publié des commentaires, des analyses et des reportages, raconte Yang Yi, l'un des journalistes ayant couvert cette conférence.

Les reportages de Xinhua furent alors considérés comme un baromètre reflétant la position du gouvernement chinois, ajoute M. Yang.

"C'est à Genève que les pays étrangers ont commencé à mieux connaître la Chine. Ils étaient intéressés et voulaient en savoir plus. Inversement, la Chine a également commencé à mieux connaître le reste du monde", précise-t-il.

Xsinhua suit l'émergence de la chine ...... Xinhua accélère ensuite son expansion en suivant la directive de Mao Zedong, président chinois de l'époque, appelant l'agence à "faire entendre notre voix à travers le monde".

En 1966, Xinhua met en place un département offrant des services d'informations chinoises pour l'étranger en plusieurs langues, dont l'anglais, le français, le russe, l'espagnol, l'arabe et l'indonésien. L'agence commence parallèlement à établir davantage de bureaux dans les pays en développement afin de créer un réseau mondial plus fort.

"Nous avons d'abord choisi de concentrer nos efforts sur les pays les moins développés, dans le but stratégique de briser le monopole des agences de presse occidentales", explique Zeng Jianhui, ancien vice-président de Xinhua.

Xinhua commence à étendre son influence dans l'Occident après que la "diplomatie du ping-pong" a permis de réchauffer les relations entre la Chine et les Etats-Unis au début des années 1970. Au même moment, la Chine récupère son siège aux Nations unies, et Xinhua installe ses bureaux aux Etats-Unis et à l'ONU peu après.

L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a publié en 1989 un rapport inscrivant Xinhua sur la liste des "agences de presse internationales", au même rang qu'Associated Press, l'Agence France-Presse et Reuters.

Aujourd'hui, Xinhua possède 162 bureaux à l'étranger, et le nombre de ces derniers devrait atteindre environ 200 d'ici 2020, selon le plan de développement de l'agence. Xinhua a mis en place un réseau télévisé qui couvre 5,5 milliards de personnes dans plus de 200 pays et régions en Asie, en Amérique du Nord, en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique.

Développer son avantage sur la compétition ....... Grâce à la mise en oeuvre des politiques de réforme et d'ouverture de la Chine depuis 30 ans, le pays a émergé dans le domaine économique et sur la scène internationale politique, attirant l'attention croissante du reste du monde. Les médias internationaux dépendent de plus en plus des médias chinois, dont Xinhua, pour se procurer à temps des informations plus précises sur la Chine.

Le 12 mai 2008, un séisme dévastateur a secoué le district de Wenchuan dans la province du Sichuan (sud-ouest). Plus de 14 600 dépêches ont été affichées sur Internet le soir du séisme, parmi lesquelles plus de 9 000 articles ont cité Xinhua comme principale source. Des géants de presse mondiaux, dont New York Times, Washington Post et International Herald Tribune, ont cité des dépêches de Xinhua.

"La situation internationale connaît aujourd'hui des changements considérables, et il est de plus en plus difficile de se faire une opinion impartiale", indique le président de l'Agence Xinhua, Li Congjun.

"Nous devons établir nos plans selon les situations en Chine et à l'étranger, tout en menant activement des échanges et une coopération avec les partenaires étrangers, afin de faire entendre notre voix dans le domaine des médias, a-t-il conclu.

 

 

27 octobre - Un rapport parlementaire du député socialiste Michel Françaix prône une réforme de la gouvernance de l'Agence France-Presse, mais estime que "la réflexion n'est pas suffisamment mûre" pour une modification de son statut juridique. Dans ce rapport pour avis sur les aides à la presse 2012, présenté devant la commission des Affaires culturelles de l'Assemblée, le député estime que la réforme de la gouvernance de l'AFP est "un vrai problème qui doit pouvoir trouver une solution consensuelle"

Il se prononce pour une "nouvelle composition du conseil d'administration", formé actuellement de 15 membres: huit représentants de la presse écrite française, deux de la radio et télévision, trois de l'Etat et deux du personnel"

La présence majoritaire de représentants des médias clients de l'agence au sein du conseil d'administration paralyse fortement cet organisme compte tenu des conflits d'intérêt qui peuvent en résulter", juge-t-il. Il est donc "clairement souhaitable que la part des représentants clients soit réduite", mais "il n'est pas souhaitable que le rapport évolue nettement en faveur des représentants de l'Etat" pour autant, Michel Françaix se prononce pour "un allongement de la durée des mandats des membres du conseil supérieur, du conseil d'administration et du président-directeur général pour les porter de trois à cinq ans

Sur une éventuelle réforme du statut juridique de l'AFP, le député de l'Oise juge que "ni l'urgence ni l'utilité" d'un tel changement "ne sont avérées", au "regard notamment des risques encourus

L'AFP dispose d'un statut particulier, fixé par une loi en 1957 et destiné à garantir son indépendance

Elle est soumise au droit commercial mais avec une gouvernance dérogatoire au droit commun des sociétésMichel Françaix estime encore que "la clarification des relations entre l'Agence et l'Etat" correspond à "une exigence de compatibilité avec le droit européen"

Une plainte de l'agence allemande DAPD a été déposée contre la France l'an dernier à Bruxelles, considérant que les abonnements publics payés à l'agence par l'Etat constituaient une subvention illégale.

La solution consisterait à identifier plus clairement la mission d'intérêt général de l'AFP", ce qui "pourrait s'effectuer par voie réglementaire ou législative", estime le député

Le personnel de l'AFP s'était ému cet été d'une proposition de loi de modification du statut de l'AFP, rédigée par le sénateur Jacques Legendre (UMP), redoutant qu'elle compromette l'indépendance de l'agence au profit d'une influence accrue de l'Etat

Début septembre, une motion de défiance à l'encontre du PDG Emmanuel Hoog avait été votée par le personnel, lui demandant en particulier de "renoncer à promouvoir" cette proposition de loi

 

 26 octobre - Dans la série des anciens de l'AFP sur le devant de la scène médiatique:Pierre Louette ancien PDG de l'AFP (2005 à 2010), nommé Directeur exécutif du Groupe France Télécom-Orange en charge du Secrétariat Général, de la Division Opérateurs France et des Achats dans le renforcement de la gouvernance de ce groupe ,

Pierre Louette, 48 ans, licencié en droit, IEP, ENA, est Conseiller référendaire à la Cour des Comptes et Chevalier de la Légion d'Honneur, a été  Directeur Général  de l'Agence France-Presse de 2003 à 2005, puis son PDG de 2005 à 2010 avant son départ en avril 2010 pour le groupe France Télécom, comme Directeur Exécutif, Secrétaire Général, en charge de la Division Opérateurs France et des Achats Groupe . Il représente le groupe France Télécom aux conseils d'administration de TPSA en Pologne et de Dailymotion. Depuis avril 2011, il est membre du Conseil National du Numérique. Il est également en charge du programme d'efficience opérationnelle Chrysalid. En octobre 2011, il est nommé Président de Buyin, la co-entreprise créée par France Télécom-Orange et Deutsche Telekom dans le domaine des achats.

Conseiller technique pour la communication, la jeunesse et les sports au Cabinet du Premier Ministre de 1993 à 1995, il s'investit particulièrement durant cette période dans le développement des nouveaux réseaux de communication. Il devient ensuite Secrétaire général et Directeur de la communication de France Télévisions.

A partir de 1996, il participe au développement de l'Internet en France, notamment à la tête de Connectworld, leader de la communication online, puis en tant que dirigeant d'Europatweb, fonds d'investissement créé par M. Bernard Arnault.(Communiqué de presse F.T via Google)

 

 

 5 octobre - L'AFP développe son offre de vidéos en HD, déjà disponible en français, anglais et allemand, en proposant désormais ce format pour ses productions en espagnol.Unique et première agence mondiale d'information à fournir depuis 2010 l'ensemble de sa production vidéo en format haute définition, le plus haut standard de qualité d'images, l'AFP a débuté, en septembre 2011, le tournage et la diffusion en HD de vidéos en espagnol.
Cette évolution en Amérique latine offre des avantages significatifs pour les clients de l'AFP : accéder à des vidéos en qualité HD, transmission plus rapide des sujets, vidéos montées spécifiquement pour le marché latino-américain.
Le passage à la HD permet de soutenir et consolider l'offre vidéo de l'AFP destinée aux télévisions et sociétés de production, mais aussi aux sites web, mobiles et écrans publics qui souhaitent afficher des contenus de qualité maximale au format 16/9.
L'AFP diffuse plus de 4.500 vidéos par mois, sur les dominantes de l'actualité mondiale comme sur les thématiques magazine. Sa marque de fabrique ? La qualité de l'image et du son, du tournage et du montage, de la rédaction du script et du commentaire. La couverture comprend une variété de sujets allant de la politique et des grands événements mondiaux au lifestyle, en passant par l'économie, l'environnement, le divertissement, l'insolite, la mode et le sport.
Les clients peuvent recevoir ce nouveau format HD via la plateforme de téléchargement www.videoforum.afp.com, ftp ou satellite.
Plus de 90 bureaux AFP dans le monde produisent des vidéos en huit langues (anglais, français, arabe, espagnol, portugais, allemand, chinois, polonais). Avec cette nouvelle offre en espagnol et une production vidéo en très forte augmentation depuis 2010, l'AFP confirme sa volonté de renforcer sa présence sur le secteur de la news vidéo.

 

15 septembre - Grève à l'AFP: Un nouveau vice-président élu, des discussions envisagées

En plein climat de grève et d’opposition entre direction et salariés, l’AFP vient d’élire ce jeudi, lors d’un conseil d’administration, un nouveau vice-président: Jean-Pierre Caillard, PDG de La Montagne. Ce dernier a exprimé son soutien à toute l’agence (personnel et direction) et le personnel en a profité pour rappeler la motion de défiance votée à l’encontre du PDG, Emmanuel Hoog.

La Commission européenne est actuellement en train d’instruire la plainte de l’agence allemande DAPD sur l’argent que recevrait selon elle l’AFP de la part de l’Etat français, et créerait une concurrence déloyale. L’ensemble des administrateurs ont voté à l’unanimité (moins une abstention) la déclaration suivante: «Le conseil d’administration (…) soucieux de garantir le développement et l’indépendance de l’AFP, souhaite, au regard des questions posées par la Commission européenne sur son financement, que soient engagées dans les meilleurs délais toutes les démarches visant à la sécurisation de ses ressources publiques dans le cadre de ses missions d’intérêt général.»

Selon un communiqué de l’AFP, la direction de l’agence étudie dans quelle mesure la voie réglementaire peut offrir une solution alternative stable et durable au regard du droit communautaire et du droit français. Si la voie règlementaire, sans doute plus fragile, est néanmoins jugée possible, la réforme législative de la gouvernance se posera naturellement dans des termes différents», explique le communiqué. Les employés de l’AFP demandent le retrait de la proposition de loi relative à la gouvernance de l'Agence France Presse, déposée le 17 mai par le sénateur Jacques Legendre (UMP).

Emmanuel Hoog a précisé que ces questions feront l’objet de discussions en interne dans le cadre d’un dispositif de concertation que la direction mettra en place avec les acteurs sociaux, à partir du 28 septembre prochain.

 

 

9 septembre - Près de 90% du personnel de l'AFP a voté ce jeudi une motion de défiance à l'encontre de d'Emmanuel Hoog, leur Pdg depuis avril 2010. Ils lui demandent en particulier de «renoncer à promouvoir» une proposition de loi visant à modifier le statut de l'agence, qui date de 1957. Sur 1 380 inscrits, 797 suffrages ont été exprimés dont 704 voix «pour» (88,3%), 45 «contre» (5,6%) et 48 abstentions (6%).

Le Pdg dispose «de quelques jours» pour se prononcer sur ce projet dit Legendre.
«Une menace pour l'indépendance de l'agence»
Ce projet, déposé par le député UMP Jacques Legendre, a été déposé en mai dernier. Le personnel avait estimé qu'il «comporte de lourdes menaces pour la survie, l’indépendance et l’image de l’agence dans le monde entier.»;Une première motion de censure, suivie d'une grève, avait alors été votée.  
Le personnel pointe aussi du doigt l'appel du PDG à Média9 pour accélérer l'adoption de la loi. Cette agence de lobbying appartient à Pierre-Jérôme Henin, un proche de Nicolas Sarkozy qui a été son porte-parole adjoint à l'Élysée et son conseiller presse chargé des questions internationales.
De son côté, Emmanuel Hoog s'est défendu après l'annonce du résultat du scrutin. «Je prends acte des résultats de la motion de défiance adoptée ce jour par les personnels de l'Agence, et de l'émotion suscitée qui, je le répète, se situe sur le seul terrain de mes intentions supposées, et jamais sur celui de décisions prises et donc des faits avérés.», a-t-il affirmé.
Cette motion avait été présentée par l'intersyndicale (CGT, CFDT, FO, SNJ, SUD, CFE-CGC, SAJ-Unsa). Elle avait reçu le soutient de la Société des Journalistes (SDJ) et de l'Association de défense de l'indépendance de l'Agence France-Presse (ADIAFP).

 

 

2 aout - L'AFP remise en cause par la commission européenne En 2008, l'agence de presse allemande DAPD ( deutscher-auslands-press-depeschendienst) avait déposé une plainte auprès de la commission européenne au sujet des subventions illegales reçues par l'agence France Presse  sous forme d'abonnements déguisés de l'Etat à hauteur de 115 millions par an. 115 millions d'euros pour 350 abonnements--soit 40% des revenus de l'AFP viennent d'abonnements de l'Etat. (Le coût de l'abonnement pour l'Union Européene est seulement de 323.274 euros (35 fois moins). Le gouvernement allemand paye seulement 3,75 millions euros pour ses abonnements à DPA (Deutsche Presse Agentur) et à DAPD. 30 fois moins qu'en France.

Dans une lettre du 25 août, la commission interroge la France sur ces abonnements dont les tarifs sont bien au dessus des prix du marché. La France à un mois pour répondre. Après ça, la commission saisira la cours de justice européenne.

ABP a demandé que cette niche fiscale qui sert d'une certaine façon à contrôler les sources de la PQR et de la presse nationale soit abandonnée .. D'autant plus que AFP n'a même pas dans ses statuts une ambition de service public.

D'après l'agence de presse Reuters, si elle perd, AFP risque de devoir rembourser un milliard d'euros à l' État (10 ans de subventions illégales). (ABP via GOOGLE) ■

 

 

 

21 septembre - Tensions à l'AFP autour d'une éventuelle réforme de son statut

Un Comité d'Entreprise extraordinaire de l'Agence France-Presse est convoqué vendredi 2 septembre afin de permettre aux syndicats de demander à la direction des explications sur ses intentions quant à une éventuelle modification du statut de l'Agence.

L'intersyndicale du personnel de l'AFP (CGT, CFDT, FO, SNJ, SUD, CFE-CGC-SAJ/UNSA) a appelé à une première assemblée générale jeudi, veille du CE, et une seconde vendredi qui rendra compte de la réunion du Comité d'Entreprise.

Les syndicats sont opposés à une proposition de loi (PPL) de modification du statut de l'AFP, datant de 1957. Ils craignent que le texte, qui prévoit de changer la gouvernance, compromette l'indépendance de l'agence au profit d'une influence accrue de l'Etat.

L'intersyndicale reproche au PDG Emmanuel Hoog d'y être favorable et, pour ce faire, d'avoir fait "appel à un cabinet de conseil en communication dirigé par un proche du pouvoir politique actuel".

Le Canard Enchaîné avait révélé le 17 août que le cabinet Media9, dirigé par un ancien porte-parole adjoint de Nicolas Sarkozy, avait proposé à la direction de l'AFP de faire le lobbying nécessaire à l'avancée de la PPL. Déposée au Sénat, celle-ci n'y a pour l'instant pas été mise à l'ordre du jour.

M. Hoog avait démenti quelques jours plus tard avoir passé tout accord avec cette entreprise.

La Société des journalistes de l'AFP s'est alarmée "de l'opacité de la communication de la direction dans l'affaire Media9" et a dit "comprendre l'émotion suscitée par des explications tardives et déficientes, qui ont généré l'inquiétude, voire la défiance".

L'intersyndicale, à l'origine de la convocation du CE, appellera à un arrêt de travail en France pendant sa tenue et envisage de déposer une motion de défiance, qui pourrait être proposée vendredi au vote du personnel.

Plainte à Bruxelles

Ce climat de tension intervient alors que la Commission européenne a écrit le 22 août au gouvernement français ses premières réflexions, assorties de questions, sur les relations financières entre l'AFP et l'Etat, dont les abonnements aux services de l'agence pourraient s'apparenter à une aide publique contraire aux lois européennes.

Ce courrier fait suite à une plainte de l'agence allemande DAPD déposée contre la France à Bruxelles l'an dernier. Il fait "état d'un premier examen préliminaire et pose un certain nombre de questions", a expliqué à Bruxelles Amelia Torres, porte-parole à la Commission.

"La Commission a aussi écrit à tous les Etats membres (de l'Union européenne) pour les informer que nous avions cette plainte concernant le financement de la principale agence de presse en France et leur demandant s'ils ont des situations similaires chez eux", a-t-elle ajouté.

C'est notamment ce dossier bruxellois que la direction de l'AFP invoque pour défendre ce qu'elle présente comme un indispensable "toilettage" du statut de l'agence.

Cette lettre de l'exécutif européen pose l'un "des premiers jalons du raisonnement qui pourrait rendre illégaux les financements publics reçus par l'AFP sous forme d'abonnements de l'Etat", a souligné mercredi Emmanuel Hoog, ajoutant que "la Commission réitère +l'importance et l'urgence d'un changement de la situation actuelle+, qui entraînera naturellement une mise en conformité pour l'avenir".

Parallèlement, les syndicats de l'AFP mènent actuellement campagne à quelques jours du deuxième tour d'élections professionnelles des représentants du personnel et du Comité d'Entreprise, le premier tour ayant été infructueux faute d'une participation

 

 

 

23 Aout - Un photographe de l'AFP primé pour un reportage sur les "chemises rouges"

Nicolas Asfouri, photographe au bureau de Bangkok de l'AFP  a été primé lundi au premier concours international de photo organisé par l'agence sud-coréenne Yonhap pour un reportage sur les "chemises rouges" en Thaïlande.

Entre mars et mai 2010, jusqu'à 100.000 "chemises rouges" avaient occupé le centre de Bangkok pour réclamer la démission du gouvernement, avant d'être délogés par l'armée. La crise, la plus grave qu'ait connue la Thaïlande moderne, avait fait plus de 90 morts et 1.900 blessés. La remise des prix s'est tenue au siège des Nations unies, en présence du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

 

27 juillet 2011 - La France a exprimé jeudi sa "préoccupation" après des manifestations contre l'A.F.P à Amman et accueilli positivement jeudi les garanties données par les autorités jordaniennes au travail des agences de presse.

Au cours des derniers jours, le bureau et le personnel de l'Agence France-Presse à Amman ont été l'objet de manifestations agressives qui ont suscité notre préoccupation", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero.

Dans ce contexte, nous jugeons positives les déclarations du ministre jordanien de l'Intérieur ce matin à Amman, selon lesquelles les autorités jordaniennes ne permettront pas que des agences de presse internationales présentes en Jordanie soient menacées", a-t-il ajouté.

Le ministre de l'Intérieur Mazen Saket a assuré jeudi qu'il ne permettrait pas "les menaces ou attaques contre des institutions protégées par (son) ministère, notamment les ambassades et les agences de presse".

Ces propos intervenaient au lendemain d'une manifestation devant l'ambassade de France à Amman demandant la démission de la directrice du bureau de l'AFP dans ce pays, Randa Habib.

"L'application de la loi est de la seule responsabilité de l'Etat et personne ne peut s'arroger ce droit", a ajouté le ministre, qui commentait les manifestations menées par le député Yehya Séoud

.Ce député a organisé cinq manifestations devant l'AFP et l'ambassade de France à Amman pour demander au gouvernement jordanien d'engager des poursuites judiciaires contre Randa Habib.

Il lui reproche la publication en juin d'informations sur une attaque contre le convoi du roi Abdallah II au sud d'Amman. Ces informations avaient ensuite été démenties par les autorités.

Une dizaine de personnes avaient pénétré le 15 juin dans les locaux de l'AFP à Amman, détruisant du matériel. Cette attaque avait été condamnée par le gouvernement, des députés et des journalistes jordaniens. (AFP via Expres.fr)

 

 

 

15 juillet 2011 - Les journalistes africaines à la page.. La FIFA et la fondation Agence France Presse poursuivent leurs efforts pour aider la presse à se développer aux quatre coins du monde et à perfectionner son savoir faire en matière de couverture d'événement sportifs.

L'ancien dirigeant de l'AFP Alain Boebion a accompagné le projet africain qui lui tient particulièrement à coeur : "Nous avions formé près de 270 journalistes des quatre coins du continent pour la Coupe du Monde en Afrique du sud" raconte le désormais consultant pour la Fondation AFP. "Ce fut un beau succès, mais nous ne voulions pas en rester là. Alors quand les représentantes de l'UFRESA (Union des femmes reporters sportives africaines - ) sont venues nous trouver pour prolonger l'aventure jusqu'au mondial féminin en Allemagne, nous avons monté un dossier avec la FIFA, et ça s'est concrétisé".

Le projet consistait à se focaliser sur les femmes journalistes afin de les préparer au mieux à la Coupe du Monde Féminine de la FIFA. Des cours, des conférences et des ateliers se sont déroulés en deux phases. La première eu lieu fin 2010, conjointement à Nairobi, au Kenya, et à Dakar. La seconde phase fut accueillie exclusivement par la capitale Sénégalaise. "Il y avait 80 participantes présentes à Dakar, et à la fin nous avons décidé d'offrir cinq billets d'avion aux plus méritantes, qui en avait besoin pour pouvoir se rendre en Allemagne et couvrir l'événement, en appliquant tout ce qu'elles avaient appris".(FIFA.com via Google)

 

 

06 juillet 2011 - L'AFP opte pour la plate-forme d'Oracle comme socle de son futur système de publication de contenu multimédia

Dans un projet visant à harmoniser ses systèmes de publication de contenu. L'AFP se dote d'une plate-forme multimédia unique pour publier ses dépêches, photos, infographies, vidéos...

La nouvelle solution est prévue pour entrer en production en 2012. "La gestion des données entre les différents sites géographiques de l'AFP impose la mise en œuvre de processus sophistiqués qui garantissent la duplication en temps réel de ces données à différents endroits", indique l'AFP. Au programme des besoins exprimés par l'agence : la continuité d'activité du service, la protection contre les pannes de serveurs, la sécurisation et la protection des données.
"Après une étude de plusieurs mois, le choix de l'AFP s'est porté sur les solutions
Oracle en raison de leur capacité à répondre à l'ensemble des contraintes techniques et métiers imposées et à la capacité de l'éditeur à accompagner l'AFP sur le long terme", souligne l'agence.

 

 

01 juillet 2011 - L'agence photo Sipa, fleuron du photojournalisme dans les années 1970, sur le point d'être vendue à une agence allemande, DAPD.

La transaction sera douloureuse : 34 employés sur 92 seront licenciés, et deux tiers des photographes, 16 sur 24. La signature devrait intervenir dans les prochains jours, le comité d'entreprise ayant émis un avis favorable après avoir obtenu des garanties sur les indemnités touchées par les petits salaires et par les employés non journalistes.

Cela fait plusieurs années que Sipa, rachetée en 2001 par Sud Communications, propriété de Pierre Fabre, perdait de l'argent : pour l'année 2010, les pertes auraient dépassé les 2 millions d'euros. On ignore le montant total de la transaction. Selon nos informations, le coût du plan de sauvegarde de l'emploi, estimé à plus de 2 millions d'euros, serait pris en charge par l'ancien propriétaire. Le repreneur, de son côté, apporterait 1 million d'euros de trésorerie.

La cession de Sipa Press, fondée par le photographe Göksin Sipahioglu  en  1973, illustre la déconfiture générale des agences photo, et en particulier des trois "reines" des années 1970, Sipa, Sygma et Gamma. Sygma, rachetée en 1999 par le groupe américain Corbis, propriété personnelle de Bill Gates, a déposé le bilan en 2010. Gamma-Rapho a été rachetée par le photographe François Lochon en avril 2010, mais elle se concentre sur la vente d'archives. Ces trois agences ont subi la concurrence des agences "filaires", avec leur réseau mondial de correspondants. La crise de la presse et la concurrence internationale ont aussi fait plonger le prix des photos. "Les prix ont été divisés par deux en deux ans, témoigne un salarié de Sipa. Et les charges ont augmenté."

L'agence DAPD, deuxième agence de presse en Allemagne, est issue de la fusion d'une agence de l'Allemagne de l'Est et de la filiale allemande d'Associated Press (AP). Elle appartient à Martin Vorderwülbecke et Peter Löw, deux hommes d'affaires à la tête d'un fonds d'investissement. Ces derniers ont l'intention de transformer l'agence photo en une agence généraliste, en concurrence frontale avec l'AFP. Les propriétaires projetteraient d'embaucher 22 personnes.

"Nous voulons garder la photo, qui est une activité essentielle, et établir un service de texte à Sipa en embauchant des journalistes, explique M. Vorderwülbecke. Nous avons eu des contacts avec des quotidiens régionaux français intéressés." DAPD pourrait aussi avoir des vues sur la filiale française d'AP, ce que les repreneurs refusent de confirmer.

En France, la stratégie de DAPD est simple : baisser les prix. "Le plus important, pour les journaux, c'est d'avoir une agence de qualité qu'on soit capable de payer", note M. Vorderwülbecke. Face à cette concurrence, l'AFP vient de lancer une offre moins chère à l'intention de la presse quotidienne régionale. (voir article ci-dessous en date du 27 juin) Reste à savoir si le low cost de DAPD ne s'applique qu'à ses tarifs clients : outre-Rhin, en février, l'association des journalistes allemands critiquait les salaires versés aux pigistes, les comparant à du "dumping". (Le monde via Google)

 

 

30 juin 2011 - Pie Noir du Pays Basque ... une récente parution du livre de Jean Weber consacré non pas au cheval malgré son goût avéré pour l'hippisme, mais au Porc Kintoa.

Jean Weber est d’origine basque par sa mère. Entré à l'AFP en 1982 il a exercé son métier de journaliste au desk Afrique  d’avant assurer à partir de 1990 jusqu’à son départ de l’agence en 2002, la fonction de chef du service rédactionnel au service hippique. Il est actuellement correspondant du guide gastronomique du Bottin Gourmand  pour la région Aquitaine. Il est un fervent défenseur des bonnes pratiques agricoles et un amateur gourmand des produits traditionnels. + d'infos sur sur le livre

 

 

27 juin - L'AFP lance un nouveau fil de dépêches : " l'Essentiel-PQR ", pour la presse quotidienne régionale régionale (PQR), afin de "lui offrir une plus grande souplesse d'abonnement selon ses besoins", .

L'Essentiel-PQR offre un "volume plus réduit" de dépêches au regard du fil général en français et "pourra être complété par des modules thématiques". Il dispose d'une "grille tarifaire progressive en fonction de la formule choisie".

L'Essentiel-PQR constitue cependant un vrai fil d'agence en temps réel avec "toutes les alertes, les urgents et les principaux développements de l'actualité française, internationale et sportive".

"Il représente environ 30% du volume de dépêches du fil complet en français et 50% du FRS Focus, lancé en 2009 à destination de la PQR, comportant un volume réduit d'informations étrangères", précise le communiqué.

"La conception de ce nouveau fil a été précédée d'une analyse en profondeur des besoins des clients et d'une réflexion éditoriale menée conjointement avec plusieurs titres régionaux", a ajouté l'agence.

"En introduisant plus de souplesse dans son offre de contenus et dans sa politique tarifaire, l'AFP souhaite accompagner les réformes engagées par la PQR pour faire face aux bouleversements du marché de l'information", est-il souligné. (AFP via Google)

 

 18 Juin - Une presse en mutation "A-t-on encore besoin des journalistes ?" un livre d'Eric Scherer, pendant plusieurs années directeur de l'analyse stratégique à l'AFP.

Tous les six mois, Eric Scherer publiait sous le titre AFP-médiawatch un pavé d'une bonne centaine de pages dans lequel il livrait la synthèse d'une veille effectuée jour après jour sur l'évolution des médias dans le monde, et surtout aux Etats-Unis.Les directeurs de journaux attendaient cette parution avec impatience, mais non sans une certaine appréhension, car le journaliste de l'AFP avait la réputation de dire les choses crûment, quitte à bousculer les médias frileux pour les inciter au changement.

Nommé directeur de la prospective du groupe France Télévisions, il offre la synthèse de ses travaux dans un ouvrage au titre provocateur. Malgré les apparences, Eric Scherer croit plus que jamais au journalisme. Mais à une autre approche du métier, ce qu'il appelle un "journalisme augmenté", enrichi de toutes les nouvelles possibilités offertes par la révolution de l'information numérique. Dans cette perspective, le phénomène le plus marquant est le découplage entre presse et publicité, puisqu'en basculant du papier vers le Net, la publicité perd 80 % de sa valeur ! Comme le souligne l'auteur, "l'idée de financer des sites d'information par de la publicité est déjà de l'histoire ancienne".

La logique qui semble s'imposer sur Internet est celle du "freemium", mélange de gratuit et de payant. Mais pour faire payer les internautes, il faudra leur proposer une vraie valeur ajoutée. Là est le défi pour les rédactions. (LeMonde.fr via Google)

 Une presse en mutation "A-t-on encore besoin des journalistes ?" aux  Editions PUF depuis le 16/6/2011

 

16 juin 2011 - Lettre de protestation du Pdg de l'AFP au Premier ministre jordanien après une prise d'assaut du bureau

Le Pdg de l'AFP Emmanuel Hoog a dénoncé dans une lettre adressée jeudi au Premier ministre jordanien, Maarouf Bakhit, l'attaque mercredi perpetrée contre le bureau de l'AFP à Amman et les "critiques virulentes" des autorités et médias officiels contre les personnels de l'agence sur place.

Dans cette lettre, M. Hoog proteste contre les accusations de "menées subversives" dont l'AFP fait l'objet "sous prétexte qu'elle s'est fait l'écho, comme son devoir d'informer le lui impose, d'événements jugés négatifs pour l'image du pays et de ses dirigeants".

Le Pdg de l'AFP revient également sur "les menaces verbales" adressées à Randa Habib, la directrice du bureau d'Amman.

Une dizaine d'inconnus ont attaqué mercredi le bureau de l'Agence France-Presse à Amman, détruisant les meubles et les téléphones, au lendemain d'une manifestation dénonçant la publication par l'AFP d'informations sur une agression du convoi du roi Abdallah II dans le royaume.

"Ces comportements sont proprement incompréhensibles dans un pays qui se revendique comme un Etat de droit. Ces actes de violence physique et verbale mettent en cause gravement le travail des journalistes et, de ce fait, les libertés d'expression et d'information", déclare Emmanuel Hoog.(AFP via GOGLE)

 

16 juin 2011 - Une dizaine d’inconnus ont attaqué hier les bureaux de l’Agence France Presse (AFP) à Amman, en Jordanie. Cette attaque fait suite à la manifestation qui s’était tenue mardi contre l’agence, après la publication d’informations sur une agression du convoi du roi Abdallah II.

 15 juin - Jordanie: 300 manifestants réclament la fermerture du bureau de l'AFP

Quelque 300 Jordaniens ont manifesté mardi devant le bureau de l'AFP à Amman pour en réclamer la fermeture au lendemain de la publication d'informations sur une attaque contre un convoi du roi Abdallah II, démenties par les autorités.

Une source sécuritaire avait affirmé lundi qu'"une partie du convoi du roi avait été attaquée avec des pierres et des bouteilles vides par un groupe de jeunes hommes après son entrée à Tafileh", ville à 179 km au sud d'Amman. Une source au palais royal avait confirmé qu'il y avait eu des blessés.

Mais cette information, également publiée par plusieurs autres médias internationaux, avait été ensuite démentie par le palais, le gouvernement et des députés de cette ville, foyer de manifestations anti-régime depuis plusieurs semaines. "La population de Tafileh demande que la Cour de sécurité de l'Etat juge Randa Habib (la directrice de l'AFP en Jordanie) , l'expulse et ferme le bureau de l'agence française", était-il écrit sur une banderole. Environ 40 policiers anti-émeutes étaient déployés autour des manifestants, parmi lesquels figuraient des jeunes mais aussi un député. L'un des participants a jeté une paire de chaussures contre un édifice proche, croyant qu'il abritait les locaux de l'AFP.

 Le royaume hachémite est le théâtre depuis janvier de manifestations réclamant des réformes politiques et économiques et la fin de la corruption. Ces protestations n'ont toutefois aucune mesure avec celles qui ont secoué en janvier et février l'Egypte proche, et encore moins avec le mouvement réprimé dans le sang en Syrie voisine.. (AFP via Google / PHOTO Khalil Mazraawi; des policiers surveillent le 14 juin 2011 à Amman des manifestants demandant la fermeture du bureau de l'AFP)

 

9 juin - La réforme du statut de l'AFP devrait être discutée à l'automne

La proposition de loi réformant le statut de l'Agence France-Presse devrait être discutée à l'automne après la rentrée parlementaire, a assuré jeudi le sénateur Jacques Legendre (UMP) qui a déposé le texte le mois dernier.

"Le texte est là, il poursuit son chemin, le rapporteur continue son travail et le texte devrait venir à l'automne", a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec des journalistes.

Il avait été un temps envisagé que la proposition de loi soit examinée au Sénat avant la fin de la session ordinaire en juin. Cette éventualité avait poussé mercredi les syndicats CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, SAJ-UNSA et SUD à organiser une grève.

Mais l'annonce mercredi soir que la proposition n'était pas inscrite à l'ordre du jour en juin a entraîné la fin de la grève, après six heures de conflit.

"Maintenant, le rôle du rapporteur est d'entendre toutes les parties et en particulier les syndicats de l'AFP, le texte sera amendé avant d'être adopté par la commission et le débat aura lieu dans l'hémicycle, il n'y a aucune volonté de bloquer le débat", a ajouté le sénateur.

Cette proposition amende la loi de 1957 qui a institué le statut actuel de l'AFP. Elle prévoit notamment une modification de la composition du conseil d'administration de l'Agence et la mise en conformité de sa mission d'intérêt général avec les règles européennes en vigueur.

L'ensemble des syndicats a regretté que cette proposition de loi n'ait pas fait l'objet de débats internes à l'AFP. Ils estiment que son contenu menace l'indépendance de l'Agence.

"Le texte n'est pas enterré. On n'a pas non plus l'éternité, on ne dit pas qu'il faut attendre la présidentielle, ce ne serait pas sérieux", a encore dit M. Legendre.(AFP via Google)

 

8 juin 2011 - Une nouvelle grève de 24 heures lancée à l'AFP contre un projet de réforme de son statut, ..... suspendue dans la soirée

La grève à l'Agence France-Presse,qui avait débuté mercredi  8 juin à 14H00, a pris fin en début de soirée après l'annonce que la proposition de loi visant à réformer sa gouvernance ne serait pas inscrite à l'ordre du jour du Sénat avant la fin juin.

L'appel à un grève de 24 heures, qui concernait la diffusion de la production de l'AFP sur la France, avait été lancé par les syndicats CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, SAJ-UNSA et SUD.

L'arrêt de travail avait débuté à 14H00 et prévoyait qu'il serait suspendu si la proposition de loi (PPL) n'était pas mise à l'ordre du jour.

La PPL "relative à la gouvernance de l'Agence France-Presse" avait été déposée le 17 mai par le sénateur Jacques Legendre (UMP-Nord).

Mercredi soir M. Legendre a indiqué à l'AFP que la conférence des présidents n'avait pas été saisie d'une demande d'inscription pour juin et donc n'avait pas évoqué la question. "Nous n'avons pas le temps suffisant pour un examen au fond de ce texte important avant le 30 juin, c'est pour cela que je n'ai pas demandé son inscription à l'ordre du jour", a-t-il dit.

Il a ajouté que le texte serait discuté à l'automne.

Cette proposition amende la loi de 1957 portant création du statut actuel de l'AFP en prévoyant notamment une modification de la composition du conseil d'administration de l'Agence et la mise en conformité de sa mission d'intérêt général avec les règles européennes en vigueur.

L'ensemble des syndicats avait notamment regretté que cette proposition de loi n'ait pas fait l'objet de débats internes à l'AFP et estimé que son contenu menaçait l'indépendance de l'Agence.

Dans un communiqué diffusé mercredi soir les syndicats qui avaient appelé à la grève "demandent cependant au personnel de rester vigilants contre toute nouvelle tentative d'introduire sans concertation des salariés et sans débat national tout projet de loi mettant gravement en cause le statut de 1957". (TV5 Monde)

   A voir au chapitre de la réforme de la gouvernance de l'AFP (ci-dessus), la réplique du 7 juin, à la lettre de E Hoog par Samir Douaihy

 

Mai - Avril - Mars

 26 mai 2011 - Motion de défiance et appel à la grève de 24 heures à l’AFP

Une semaine après le dépôt d'une proposition de loi visant à réformer la gouvernance de l'Agence France-Presse, une partie de son personnel a adopté une motion de défiance et décidé d'un arrêt de travail de 24h00 sur la France.

"Les salariés de l'Agence France-Presse condamnent la méthode employée par le PDG Emmanuel Hoog pour tenter de faire modifier à la hussarde le statut de l'AFP sans consulter le personnel", selon le texte de la motion présentée par l'ensemble des syndicat lors d'une assemblée générale rassemblant une centaine de salariés de l'AFP à Paris.

Dans cette motion, les signataires exigent "que tout nouveau statut soit soumis à un référendum interne du personnel, qui doit l'approuver par une très forte majorité", comme cela avait été le cas lors de la mise en place du statut actuel de l'AFP découlant d'une loi de 1957.

"Ce n'est pas un changement de statut mais une réforme du statut. C'est une modification qui va dans le sens de la clarification de la gouvernance et du renforcement de l'indépendance", a déclaré Emmanuel Hoog, Pdg de l'AFP.

"Depuis mon arrivée, j'ai toujours dit que je souhaitais garder le statut originel de l'AFP et de ne pas la doter d'un capital; qu'en revanche, l'évolution de sa gouvernance était souhaitable et nécessaire, d'abord et avant tout, pour son développement", a-t-il ajouté.

Les salariés présents à l'assemblée générale ont voté un arrêt de travail de 24 heures à l'appel de la CGT et de SUD (minoritaires chez les journalistes). Le SNJ et la CFDT, qui représentent plus de la moitié des journalistes, n'avaient pas appelé à la grève et Force ouvrière s'était déclaré réservé sur un tel mouvement.

Une proposition de loi (PPL) visant à réformer la gouvernance de l'Agence France-Presse et confirmer sa mission d'intérêt général a été déposée le 17 mai par le sénateur Jacques Legendre (UMP-Nord) et pourrait être examinée avant la fin de la session parlementaire ordinaire prévue fin juin.

Le texte qui amende légèrement la loi de 1957 portant création de l'AFP prévoit principalement une modification de la composition du conseil d'administration de l'Agence et la mise en conformité de la sa mission d'intérêt général avec les règles européennes en vigueur.

Le sénateur UMP Jean-Pierre Leleux a été désigné rapporteur de la proposition de loi et le Sénat doit décider prochainement de sa mise à l'ordre du jour. (AFP via Google)

  A voir également l'article ci-dessous en date du 19 mai : Une réforme de la gouvernance de l'AFP prochainement examinée par le Sénat

 

 

 23 mai 2011 - L'Agence France-Presse, associée à YouTube, au Centre de formation des journalistes (CFJ) et à Twitter, a annoncé lundi le lancement de "YouTube Elections 2012", une chaîne spéciale sur le site de partage consacrée à l'élection présidentielle française. "YouTube Elections 2012" sera "un espace citoyen de débat et de dialogue en ligne autour des prochaines élections de 2012" pour permettre aux internautes de suivre et interroger les différents candidats et partis politiques durant les campagnes présidentielle et législatives, soulignent les entreprises associées dans un communiqué commun.Dans un premier module, la chaîne YouTube Elections 2012 "s'inspire de YouTube YouChoose08 - lieu de débat phare entre internautes et candidats autour de la présidentielle américaine de 2008" - et propose aux internautes d'interroger les personnalités politiques reçues toutes les deux semaines par le CFJ et l'AFP, précise le communiqué. Le premier invité sera, le 1er juin, le candidat à la primaire socialiste François Hollande. "Avant chaque entretien, les internautes pourront soumettre leurs questions par écrit ou par vidéo sur YouTube ou via Twitter. Il leur sera ensuite proposé de voter pour leurs questions préférées", selon le communiqué.

Sur la base des questions des internautes, les élèves du CFJ seront chargés d'interviewer les personnalités invitées et les cinq dernières minutes des entretiens seront réservées aux questions recensées par le réseau mondial des journalistes de l'AFP. L'AFP proposera également une sélection de ces documents aux clients de son service AFP-TV

YouTube Elections 2012" diffusera en outre "un carrousel rassemblant les vidéos des chaînes des partis politiques et de plusieurs chaînes d'information partenaires de YouTube, parmi lesquelles BFM TV, France 24 et Euronews, auxquelles s'ajouteront les vidéos produites par l'AFP".  Enfin, un troisième module fournira des données statistiques tirées de l'outil Insights For Search, analysant les requêtes tapées sur Google et rendant compte de la popularité des personnalités candidates auprès des internautes. www.youtube.com/elections2012

 

19 mai 2011 - Une réforme de la gouvernance de l'AFP prochainement examinée par le Sénat

Une proposition de loi (PPL) visant à réformer la gouvernance de l'Agence France-Presse et confirmer sa mission d'intérêt général vient d'être déposée par le sénateur Jacques Legendre (UMP-Nord) et devrait être examinée avant la fin de la session parlementaire ordinaire prévue fin juin.

Dans le texte, dont l'AFP a obtenu copie, il est prévu principalement une modification de la composition du conseil d'administration de l'Agence et une reconnaissance de sa nécessaire contribution "au rayonnement de la langue et de la culture françaises dans le monde en produisant une information tant en français que dans d'autres langues d'intérêt régional ou mondial", selon l'exposé des motifs.

Selon l'auteur de cette proposition, il faut clarifier la situation de l'AFP "au regard du droit communautaire" et "de ses relations avec la puissance publique".

Rappelant que l'AFP "n'est pas une société commerciale comme les autres" et "l'attachement de la nation à cette icône du journalisme professionnel indépendant que constitue l'AFP", la PPL entend "sécuriser la part de son financement public justifié par l'accomplissement des missions d'intérêt général".

"La configuration du conseil d'administration de l'AFP et ses principes de gouvernance sont désormais obsolètes", estime le projet.

Le texte propose de réduire le nombre des représentants de la presse et de l'audiovisuel de 10 administrateurs à 4: "un tournant historique dans l'histoire de la presse française, les éditeurs ayant toujours eu un rôle essentiel dans l'accompagnement de l'AFP".

Selon l'exposé, la proposition vise également à maintenir "la relation historique "fournisseur/client" entre l'AFP et la presse quotidienne" pour éviter "une relation "concurrent/client".

De nombreux éditeurs s'étaient émus des projets de l'AFP d'une présence sur internet vers le grand public, bien que ces projets soient extrêmement limités en matière de gratuité.

Concernant la composition du conseil d'administration, le projet envisage qu'il soit constitué de 15 membres, y compris le Pdg. Quatre représentants des médias d'information, dont trois issue des organisations professionnelles et un de l'audiovisuel désigné par le CSA siègeraient à cotés de trois représentants de l'Etat et deux du personnels de l'AFP (un journalistes et un non-journalistes). S'y ajouteraient six personnalités indépendantes, dont au moins un étranger sans qu'aucun n'aient de liens d'aucune nature, commerciales ou autres, avec l'AFP.

Selon le statut de l'AFP, une loi de 1957, le conseil d'administration (15 membres, plus le Pdg) est actuellement composé de 8 représentants de la presse écrites (régionale et nationale), deux de l'audiovisuel public, deux du personnel de l'Agence et trois désignés par le gouvernement (un par le Premier ministre, un par le ministère de l'Economie et un par celui des Affaires étrangères). (AFP via Google)

 

 

18 mai 2011 - Mitterrand géant de la politique", sa vie racontée en images de l'AFP

A l'occasion du 30e anniversaire du 10 mai 1981, un album "Mitterrand géant de la politique" raconte en plus de 150 photographies historiques de l'AFP la vie en images du dernier président socialiste.

Dans sa longue préface, le journaliste Serge July évoque "l'innombrable Mitterrand", où "on voit le même homme sans cesse en mouvement incarner une infinité de Français de tous bords à des moments différents". Pour le cofondateur de Libération, il était un "souverain républicain" qui "a imposé ses choix à ses proches, à ses femmes, ses enfants, à ses collaborateurs, à ses ministres, à la France, y compris aux chefs d'Etat étrangers".

L'album de grand format atteste de cette diversité. Les textes introductifs et les légendes des photos sont écrits par le journaliste de l'AFP Claude Casteran. Les images racontent l'itinéraire et la marque de François Mitterrand, de 1925, l'enfance heureuse dans la maison des grands parents paternels à 1996, son décès et la foule des obsèques. Photo finale : l'affiche placardée à Paris, après sa mort, montrant le célèbre feutre noir gisant parmi des feuilles mortes et la légende "génération en deuil".

Les images publiques voisinent avec celles plus intimes, de lui en tennisman en 1954, en famille, en 1947, auprès de son fils alors bébé, en 1965 autour d'un café, alors qu'il a annoncé sa candidature à la présidentielle.

Des photos sont entrées dans l'Histoire : celle du nouveau président élu remontant une rose à la main la rue Soufflot le jour de son investiture le 21 mai 1981, celle historique avec le chancelier Kohl à Douaumont en 1984 scellant l'amitié franco-allemande ou celle du "couple" Rocard-Mitterrand en balade, tous deux chaussés de croquenots en 1988.

Des fac-similés de dépêches rythment également le récit, comme celle annonçant sa réélection en 1988 à la présidence de la République ou celle racontant ses derniers jours. ("Mitterrand géant de la politique", Democratic Books/AFP, 220 pages, 39,95 euros)

 

16 mai  - L’Agence France-Presse s’associe à blinkx, le moteur de recherche vidéo le plus avancé au monde

Les utilisateurs de blinkx pourront désormais rechercher et visionner la vaste gamme de vidéos de l’AFP couvrant des sujets aussi divers que l’actualité internationale, l’économie, le lifestyle, les arts et la culture, l’environnement, l’insolite et le sport sur www.blinkx.com.

L’AFP est la première agence de presse internationale à offrir une couverture complète en haute définition depuis septembre 2010. S’appuyant sur un réseau de couverture comportant plus de 90 points de production dans le monde, l’AFP produit 150 nouvelles vidéos par jour en sept langues (anglais, français, espagnol, portugais, arabe, allemand et polonais).
Les utilisateurs de blinkx auront accès à des sujets de grande qualité couvrant aussi bien l’actualité chaude que des reportages de fond exclusifs sur des sujets de société intemporels, L’AFP, reconnue mondialement pour son regard différent sur l'actualité, apporte un soin tout particulier à l’image et au script.
« Notre partenariat avec l’AFP renforce et élargit notre offre de l’actualité internationale grâce à l’une des organisations les plus respectées, » indique Suranga Chandratillake, fondateur et PDG de blinkx. « Il est clair que l’accès à une gamme étendue d’informations intéresse nos clients et nous sommes heureux de mettre à leur disposition, partout dans le monde, les vidéos de qualité de l’AFP. »
« Nous allons nous appuyer sur la technologie de recherche vidéo unique de blinkx pour que notre production soit accessible à un public plus large partout dans le monde » souligne Emmanuel Hoog, Président Directeur-Général de l’AFP.
En tant que pionnier des technologies de recherche vidéo, blinkx a construit sa réputation sur sa capacité à faciliter la recherche de documents multimédias sur le Web. La société a plus de 720 partenaires et a indexé à ce jour plus de 35 millions d’heures de programmes audio-visuels.

 

6 mai - L’AFP s’équipe pour débusquer les « fakes » C’était l’occasion rêvée de communiquer sur le sujet.L’AFP annonce qu’elle s’est équipée d’un logiciel d’identification des photos numériques truquées. Le genre d’outil qui permettrait d’éviter que de faux clichés de la dépouille d’Oussama Ben Laden fassent le tour des médias, avant d’être supprimés dans la hâte…

Mis au point par la société Exo Makina, Tungstène permet de « tracer les retouches et les manipulations opérées » sur les images numériques. Le logiciel est capable de repérer les incohérences dans les pixels, les variations de lumières et de couleurs, autant de signes d’altérations d’une image.Tungstène avait été sous le feu des projecteurs lorsque que la députée des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer avait déposé au Parlement une proposition de loi destinée à obliger les publicitaires à mentionner les photographies retouchée. Le ministère de la Défense aurait déjà recours au logiciel

.

 

2 avril - l’A.F.P. et Public Sénat s’associent autour de l’émission politique de la chaîne Preuves par 3 qui accueille chaque mercredi une personnalité interrogée successivement par trois journalistes, a annoncé Public Sénat mardi 5 avril dans un communiqué.

D’abord confronté à Michel Grossiord sur les grands thèmes politiques et sociaux de la semaine, l’invité répondra ensuite dans une deuxième séquence aux questions d’un journaliste de l’AFP sur un dossier d’actualité. La troisième partie, conduite par Perinne Tarneaud de Public Sénat, porte sur un aspect plus inattendu de sa personnalité.

Le prochain invité de l’émission ce mercredi est le président du Sénat, Gérard Larcher.

Ce rendez-vous de 45 minutes est diffusé en direct à 18h00 et rediffusé à 22h30, ainsi que le jeudi à 14h00 et le vendredi à 12h00.

 

2 avril - Béatrice André nouvelle directrice des ressources humaines de l'AFP . Béarice André qui prend ses fonctions de lundi 4 avril prochain à l'agence était depuis 2007 directrice des ressources humaines et des conditions de vie professionnelle de l’union des groupements d’achats publics (UGAP). Placée sous l’autorité directe de Rémi Tomaszewski, directeur général, qui gardera une implication étroite dans chacun de ces dossiers, elle travaillera dans une collaboration particulièrement resserrée avec Philippe Massonnet, directeur de l’information.


 

27 mars - "20 minutes" n'a plus besoin de l'AFP!

C'est un client de moins pour l’AFP, qui arrose de ses dépêches la plupart des rédactions françaises et étrangères. Mais le prix de la prestation, assez élevé, amène certains supports à s'en passer.
Comme le quotidien gratuit 20 minutes, qui a décidé de résilier son contrat avec l'agence il y a 4 mois. Yvon Mézou, directeur de la rédaction, s'en est expliqué sur LCI : << Nous n'en avons plus besoin, nous avons 40 journalistes en province, des correspondants à l'étranger, notre offre éditoriale est construire avec cette rédaction désormais >>.
Lors du lancement des quotidiens gratuits en France, beaucoup avaient été taxés de robinets à dépêches. 20 minutes, par sa diffusion colossale, est devenu le premier quotidien de France.

 

23 mars 2011 - Les trois journalistes, dont deux de l'AFP, libérés à Tripoli

Les trois journalistes, dont deux de l'AFP, arrêtés samedi près d'Ajdabiya (est de la Libye) ont été libérés dans la nuit de mardi à mercredi à Tripoli, a constaté un journaliste de l'AFP. Dave Clark, Roberto Schmidt, tous deux de l'AFP, et Joe Raedle, de l'agence Getty Images, sont arrivés à l'hôtel Rixos, dans le centre de la capitale libyenne, où ils ont été accueillis par l'un de leurs collègues.

"Quatre jours entre les mains des hommes de Kadhafi " ...: Voir le récit par Dave Clark:

 

18 mars  2011 -  Décès à l'AFP de Bernard ESTRADE

Bernard Estrade, journaliste à l'AFP pendant 40 ans au cours desquels il a couvert guerres et conflits à travers les continents, est décédé dans la nuit de mercredi à jeudi à Paris des suites d'une longue maladie, à l'âge de 65 ans.
Carrure imposante, un côté à la fois baroudeur et vieille France, ce passionné du journalisme a arpenté le monde et rendu compte de ses déchirements du Proche-Orient à l'Afrique, de l'Asie à l'Amérique du nord. Avec une volonté inflexible de déchiffrer les événements, au-delà des explications officielles, et en expert des questions de défense et de stratégie internationales.
Diplômé de l'Ecole supérieure de journalisme (ESJ) de Lille et auditeur de l'Institut des études de Défense nationale (IHEDN), il est entré en 1970 à l'AFP et a commencé sa carrière à Beyrouth (1973-1977), où la guerre civile éclate deux ans après son arrivée.
Il est envoyé spécial à Nairobi, Téhéran, et dirige ensuite les bureaux de Hanoi (1980), Téhéran (1982), Nairobi (1983-1989), au moment de la famine en Ethiopie. Il est envoyé spécial en Roumanie en janvier 1990, juste après la chute de Nicolae Ceaucescu.
Il fut aussi l'un des rares journalistes occidentaux présents à Bagdad au moment de la première guerre du Golfe (1990-1991), quand les Américains ont commencé à bombarder la capitale irakienne avec des missiles de croisière.
Il assiste à l'effondrement de l'URSS en 1991 lorsqu'il dirige le bureau de Moscou, jusqu'en 1993. Il est ensuite directeur à Jakarta (1995-2000) où il couvre la chute de Suharto et la sécession du Timor Oriental. De 2002 à 2004, il est correspondant à l'Onu à New York, les Etats-Unis étant sa seconde patrie --et celle de sa femme Kate Hunt.
De 2004 à 2009, il est adjoint au rédacteur en chef à Paris, puis directeur par intérim du bureau de Bordeaux en 2010, près de sa ville natale, Talence. Le ministre des affaires étrangères Alain Juppé lui a rendu hommage vendredi en saluant, dans un communiqué, "la mémoire et la carrière exemplaire d’un journaliste de l’Agence France-Presse dont l'exigence intellectuelle, le courage et le professionnalisme étaient reconnus et appréciés notamment au ministère des Affaires étrangères et européennes où il comptait de nombreux amis".
(Information:le figaro.fr. Portrait repris du journal « pensées sur la planète » de Pierre Bayle,libre et solidaire dans un monde indifférent  via Google)

 

13 mars  2011 -  "Benedetto, roi d'Italie: chroniques d'un pays à l'ombre du Vatican" - Martine Nouaille, journaliste à l’AFP, a été quatre ans en poste à Rome(février 2005 à mai 2009). Dans un livre décapant qui vient de paraitre (Editions Stock) ,Martine Nouaille raconte les coulisses et le « règne » pontifical : la mise en scène soigneusement réglée des audiences hebdomadaires, les visites de chefs d’État étrangers, les voyages en province dans des décors à la Potemkine, les réseaux politiques, les secrets d’argent, les intrigues et les conflits violents avec une partie de la société sur les questions de moeurs ou de bioéthique. Elle montre comment le pape a relancé l’affaire Galilée quatre siècles après la condamnation de ce dernier, suscitant l’ire des scientifiques italiens, et révèle ce qu’il en coûte encore de contester l’autorité de l’Église.

On découvre ainsi, avec surprise et parfois effroi, les effets conjoints d’une démocratie en crise et d’une théocratie qui considère l’Italie, selon l’expression consacrée, comme « le jardin du pape ». Histoire strictement transalpine ? Évidemment pas. L’écriture élégante et la verve caustique de ces nouvelles chroniques italiennes nous renvoient aussi à notre pays et à l’instrumentalisation de la religion sur fond de faiblesse démocratique. (Info DNA) photo Martine Nouaille est l’invitée d’Audrey Pulvar dans le 6/7 de France Inter du 9 mars 2011).

 

"Les transformations du journalisme de 1945 à 2010" - Le cas des correspondants étrangers de l'AFP (de Camille Laville  )

L'Ina et les éditions De Boeck annoncent la parution de l’ouvrage de Camille Laville "les transformations du journalisme de 1945 à 2010 - Le cas des correspondants étrangers de l’AFP" .

Qu'on les nomme correspondants étrangers, correspondants de guerre, envoyés spéciaux ou grands reporters, ce livre  donne la parole à trois générations de journalistes qui ont couvert l'étranger pour le compte de l'Agence France-Presse.

A travers ces témoignages, l'ouvrage propose une analyse du processus global de transformation du journalisme et du concept d'information depuis 1945.(Editeur : De Boeck, INA)

 

Février - Janvier

28 février 2011 - L’AFP s’impose comme un acteur incontournable du difital média.

l’ 'AFP a signé un partenariat technique et commercial pour l'Asie, le Moyen-Orient et l'Afrique avec la société BlueFox, intégrateur de contenus spécialisé dans le « Digital Signage » (l'offre vidéo, image et texte diffusée sur les écrans publics). Sur ces trois régions, l'Agence France-Presse pourra proposer des offres clés en main à ses clients, basées sur les contenus d'information AFP conçus pour les écrans publics (online news, vidéo news, diaporamas, résultats sportifs, …) et enrichies par le catalogue Bluefox (météo, trafic routier, bourse, environnement, quizz, vidéos.. )

 

25 février 2011 - L’AFP s’appuie sur un dispositif exceptionnel pour être au plus près de l’actualité en Libye

Seule agence mondiale à disposer d'un bureau en Libye (Tripoli) et seul média français à y être installé en permanence, l'Agence France-Presse s'adosse à un réseau solide, régional et mondial pour informer sur les événements qui soulèvent le pays.
Depuis plusieurs jours, des équipes texte, photo et vidéo sont positionnées aux frontières Egypte/Libye, Tunisie/Libye et l'une d'elles a désormais pénétré dans l'est de la Libye. Une autre est en route. Une dizaine de journalistes sont aujourd'hui sur place.
L'ensemble du dispositif déployé pour la Libye permet à l'AFP de proposer là encore une production riche, variée et multi-supports (texte, photo, vidéo, infographie) au plus près de l'actualité. La présence de l'AFP est assurée en Libye depuis le début des événements. De nombreux grands bureaux de l'agence sont également mobilisés, parmi lesquels Rome, Washington, Bruxelles, l'ONU, Paris et Madrid.
Par ailleurs, l'AFP a recours à des contenus diffusés sur les réseaux sociaux qui ne sont repris qu'après identification des documents et prise de contact avec leurs auteurs pour autorisation de diffusion. La dimension internationale de l'AFP avait déjà permis à l'agence de jouir de succès éditoriaux remportés en Tunisie et en Egypte, pays où l'AFP dispose également de bureaux. Jusqu'à la chute de Ben Ali, dont elle a été la première à annoncer avec certitude le départ, l'Agence France-Presse était l'un des rares médias occidentaux présents en permanence à Tunis

 

18 février 2011AFP LA GUERRE DE L'INFO - Le PDG de l'Agence France Presse , Emmanuel Hoog, explique à Julien Arnaud (TF1) comment l'AFP va se positionner sur internet. la vidéo sur: http://videos.tf1.fr/infos/la-mediasphere/l-afp-vise-t-elle-le-grand-public-6282105.html

 

 

12 février 2011 - Hoog veut rapprocher l'AFP et l'Audiovisuel extérieur

Le dossier de l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF) pourrait connaître un rebondissement inattendu. Alors que l'hypothèse du départ conjoint de Christine Ockrent et Alain de Pouzilhac est de plus en plus envisagée, une autre solution émerge. Emmanuel Hoog, actuel Pdg de l'Agence France Presse (AFP) serait sur les rangs. Mais avec un projet très ambitieux et novateur: rapprocher l'A.F.P et l'audivisuel extérieur de la France. Ce schéma, encore au stade de la reflexion, serait soutenu par Jean-François Copé. Emmanuel Hoog aurait fait valoir que rapprocher l'agence de presse - qui est l'une des rares marques de média français connue à l'international - de l'Audiovisuel extérieur de la France ferait sens. Un argument qui pourrait convaincre à l'Elysée qui décidera en dernier ressort.

Mais d'autres candidats battent également la campagne. L'écrivain Jean-Christophe Rufin a fait publiquement acte de candidature mais cette dernière ne paraît pas être privilégiée, ni au plus haut niveau de l'État, ni Rue de Valois au ministère de la Culture et de la communication. «Il est parti tout seul», murmure-t-on dans les couloirs du pouvoir, en évoquant sa candidature spontanée dans la matinale de France Inter jeudi dernier. Enfin, Jean-Pierre Cottet, qui dispose de soutiens sérieux sur tout l'échiquier politique et dont la mission d'étude sur la réforme de l'AEF avait favorablement impressionné en 2006, est un candidat sérieux.

Tout cela nécessite auparavant d'avoir résolu la crise au sommet de l'AEF. Alain de Pouzilhac ne serait pas opposé à son départ et à celui de Christine Ockrent à la condition que l'opération se fasse dignement et dans la reconnaissance du travail accompli en faveur de la réforme la plus importante qu'ait connu l'audiovisuel extérieur de la France. (Le Figaro.fr via Google)

 

 

8 février 2011- L' AFP photographie la guerre en Afghanistan en 3D

C’est une première dans le monde de la presse, un photographe de l’Agence France Presse a utilisé un appareil photo 3D pour réaliser quelques clichés des troupes américaines en Afghanistan. L’agence a publié les clichés sur sa page Facebook, histoire de voir si ça plait au public

Certains critiquent l’utilisation de la technologie 3 D car il est nécessaire d’utiliser des lunettes spéciales pour en profiter et affirment que « les photos doivent être vues par tous et sans gadgets ». A ce problème, l’AFP propose une solution maison

C’est de sa propre initiative que le photographe de l’AFP Dmitry Kostyukov a pris les photos avec un appareil 3D. "Ce n'est pas un appareil professionnel et c'est très lent, donc difficile d'utilisation", explique Dmitry sur la page facebook de l’AFP. Mais, ajoute-t-il, "cela me rappelle la période de changement de l'argentique au numérique". "Je suis sûr qu'il y en aura de plus en plus, mais le 3D ne changera pas les appareils de photo traditionnels"

Ces photos, visibles sur la page facebook de l’AFP ne font pas vraiment l’unanimité pour l’instant. Entre la peur d’un journalisme-spectacle qui fait dans le sensationnel, ou une évolution comparable à l’apparition des photos couleurs, les avis divergent, comme en témoignent les réactions : « J'ai juste un peu peur qu'un jour certain médias passe par ce genre de matériel pour faire du journalisme spectacle ». « Le débat 2D/3D me fait penser à l'utilisation de la couleur face au N&B. La 3D est un moyen, pas une fin. Le contenu de l'image, ce qu'elle montre, sera toujours ce qui importe. »

Certains critiquent l’utilisation de la technologie 3 D car il est nécessaire d’utiliser des lunettes spéciales pour en profiter et affirment que « les photos doivent être vues par tous et sans gadgets ». A ce problème, l’AFP propose une solution maison (le vif.be via Google / photo © AFP/ Dmitry Kostyukov )

 

 

3 février 2011- Fabrice Bakhouche nommé directeur général adjoint de l'AFP

Haut fonctionnaire passé notamment par la Cour des comptes, M. Bakhouche 36 ans, est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (1996) et ancien élève de l'ENA (2001-2003).

Fabrice Bakhouche sera l'adjoint de Rémi Tomaszewski, directeur général de l'Agence depuis janvier 2011 en succédant à Jean-Pierre Vignolle qui a quitté l'AFP à 65 ans après y avoir passé onze ans successivement comme directeur commercial, marketing et développement, avant d'en devenir directeur général en 2006.

Fabrice Bakhouche commence sa carrière en 1998 au ministère des Affaires étrangères où il suit les relations bilatérales entre la France et plusieurs pays ou institutions latino-américains (Mercosur, Chili, Bolivie).

Il intègre la Cour des comptes comme conseiller référendaire en 2003 et y assure le contrôle de plusieurs sociétés de l'audiovisuel public. Il a aussi participé aux missions d'évaluation de l'action humanitaire des Nations unies après le tsunami en Asie du Sud.

Il rejoint l'Agence des participations de l'Etat en 2007, d'abord pour y suivre le secteur ferroviaire puis le secteur des services.(AFP via Google)

 

 

28 janvier 2011 - Vincent Amalvy, nouveau chef du service des sports à l'Agence France-Presse.

C'est la première fois à l'AFP qu'un responsable de la photo prend la tête d'un grand service général. Après des débuts à Sud Ouest, Vincent Amalvy, né le 13 février 1960, est entré à l'Agence France-Presse comme reporter photographe à Bordeaux en 1990. Il a ensuite rejoint l'équipe des reporters photographes parisiens en 1992.
Nommé à Jérusalem à l'automne 1995, il y reste quelques mois avant de devenir chef du reportage photo France de l'agence en 1997, puis rédacteur en chef à la photo en 2000. Il devient ensuite rédacteur en chef de la région France-Europe-Afrique en 2003, et rédacteur en chef central photo en 2005.
En 2006, il devient responsable photo régional pour les Amériques, basé à Washington, où il est également en charge de l'organisation des grands événements sportifs pour la photo AFP (J.O, Coupe du Monde, etc.).
Vincent Amalvy est licencié en droit.

Le service des sports de l'AFP (60 personnes) travaille en trois langues, français, anglais et espagnol et couvre la totalité des sports olympiques, ainsi que les sports mécaniques (F1, rallyes, moto), le rugby, le golf et en anglais le cricket. Il compte des correspondants aux Etats-Unis, dans les grands pays d'Europe et dans les régions.
Un département Multimédia/Banque de données tient à jour une documentation complète et organise les couvertures multimédias des grands événements (Jeux olympiques d'été et d'hiver, Euros et Coupes du monde de foot, Coupes du monde de rugby, ainsi que le championnat du monde de F1 et le Tour de France.
(TFNews via Google)

 

27 janvier - L'AFP juge légitime d'accroître sa présence sur internet, a expliqué jeudi son PDG Emmanuel Hoog, qui a défini les priorités de l'Agence pour la prochaine décennie.

Au cours d'une rencontre avec des journalistes, M. Hoog a insisté sur la nécessité que l'AFP "gagne de la notoriété sur internet en particulier à l'étranger". Il s'agit également que "l'AFP soit à égalité de concurrence avec ses deux rivales sur le marché mondial, Associated Press et Thomson Reuters".

"La présence de l'AFP sur internet est une question légitime et notre marque doit se développer à l'extérieur sur les modèles de croissance, comme l'iPad, l'iPhone et internet", a-t-il dit, citant, outre AP et Reuters, les exemples de sites d'agences de presse, comme Notimex (Mexique), Estadao (Brésil), Novosti (Russie), Ansa (Italie), DPA (Allemagne) et APS (Sénégal).

Sur un site grand public, "il s'agirait d'offrir une centaine de dépêches par jour", soit la moitié de ce que proposent en général les sites ouverts par des clients de l'AFP, a dit M. Hoog. "On est loin des 450 dépêches offertes gratuitement sur le site de l'agence italienne ANSA", a ajouté le PDG de l'AFP.

La stratégie de l'AFP pour 2010-2020 repose sur une quinzaine de chantiers prioritaires, parmi lesquels la vidéo qui devra tripler sa production en deux ans. Aujourd'hui, l'AFP-TV produit un millier de vidéo par mois en sept langues.

Autre chantier, le développement du service en langue arabe. "L'AFP occupe 55% du marché de la presse arabophone", s'est félicité M. Hoog en souhaitant que le développement se fasse par une production originale en arabe et un accroissement du volume qui est actuellement d'environ 200 dépêches par jour.

Les marchés indien et brésilien font l'objet d'une attention particulière compte tenu de leur potentiel de croissance.

Dans les priorités, l'AFP devra "redéfinir son partenariat avec la presse française", a dit M. Hoog. L'AFP a renégocié l'an dernier nombre de contrats avec ses abonnés français.

Il s'agit de "repenser nos offres" qui doivent être mieux adaptées aux besoins exprimés par nos clients, selon M. Hoog.

"On nous critique parfois sur le fait que notre fil d'informations est trop important et pas assez clair", a expliqué Philippe Massonnet, directeur de l'information.

"A nous de proposer une refonte avec une meilleure hiérarchisation qui se traduira par des offres tarifaires qui ne soient plus du " tout ou rien", a-t-il dit. (AFP via Google)

 

 

18 janvier 2011 - Hausse de 27% sur cinq ans du nombre d'abonnés à l'Agence France-Presse :

Le nombre d'abonnés aux services de l'Agence France-Presse a progressé de 27% sur la période 2005-2010 pour atteindre 3.500 clients à travers le monde. Cette progression est notamment due aux nouveaux abonnements signés sur la période à l’international (+401) et pour partie sur la France (+44), .Les s relais de croissance se situent autour du pôle image (photo, vidéo, infographie)  et du multimédia qui enregistrent une large progression et représentent près de 40% des recettes a annoncé l'AFP dans un communiqué.

 

11 janvier 2011 - Rémi Tomaszewski est nommé directeur général de l'A.F.P en remplacement de Monsieur Jean-Pierre Vignolle. Âgé de 53 ans, promu à l’ENA et chevalier de l’Ordre National du Mérite, il a été sous-directeur de la maison d’arrêt de Fresnes de 1986 à 1988 puis a travaillé en tant que chargé de mission à la Chancellerie, dans l’administration pénitentiaire jusqu’en 1994. A partir de ce moment, il a exercé en tant qu’adjoint au chef du bureau des affaires administratives et financières du secteur public de la communication audiovisuelle pour le Service juridique et Technique de l'Information et de la Communication jusqu’en 1998. Il a ensuite travaillé à la Direction Générale des Médias et des Industries culturelles (1998-2000). Il est ensuite devenu directeur administratif et financier et de la stratégie pour La Chaine Parlementaire-Sénat pendant deux ans, puis a été nommé secrétaire général de Public Sénat jusqu’en 2010.

 

05 janvier 2011 - Nous apprenons avec tristesse le décès de Karl HAMBOECK, intervenu dans la nuit du 15 au 16 décembre.

Karl travaillait comme technicien au bureau de l'AFP Vienne (Autriche) depuis de nombreuses décennies,ou ceux qui l'ont côtoyé au bureau comme lors de ses missions, gardent en mémoire son extrême gentillesse et sa grande disponibilité.(Info AFP)

 

*

   Les News News AFP ...  Archives des années précédentes ..   

 année 2013       année 2012      année 2011      année 2010       année 2009       année 2008

 

 

Copyright © 2008/2011 Amicale AFP- Contact technique du site:  information@amicaleafp.fr