News AFP 2014  (les informations et liens favoris sur l'entreprise AFP) 

  

 

Retour  INDEX   /  Le Bureau  / Agenda   /  Publications  /   News Adhérents  /  News AFP

 

 

     

News Afp : année 2017-2016   année 2015    année 2014    année 2013    année 2012    année 2011    année 2010    année 2009    année 2008 

    Les dernières News de l'AFP... et du "club" des Agences de presse - ANNE 2014

 

18 décembre 2014 - Les députés ont adopté ce mercredi soir une proposition de loi sur «la modernisation de la presse», qui vise principalement à soutenir l’émergence de nouveaux titres d’information et à réformer la gouvernance de l’AFP. Ce texte, déposé par le groupe socialiste et à l’ambition modeste assumée, a été débattu et voté en première lecture dans une atmosphère consensuelle même si le Front de gauche s’est abstenu.

 Principale innovation, la proposition de loi crée un nouveau statut «d’entreprise solidaire de presse d’information», destiné à favoriser la viabilité de nouveaux titres qui, faute de capitaux, disparaissent souvent peu après leur naissance.

Ce statut serait «une troisième voie, fondée sur l’émancipation tant par rapport aux aides publiques que par rapport aux actionnaires industriels», a jugé le rapporteur Michel Françaix (PS).

Il serait réservé à «la presse d’information politique et générale» (au sens du code des impôts) «qu’on ne peut regarder s’enfoncer dans la crise sans rien faire», a renchéri la communiste Marie-George Buffet.

Ce modèle juridique, inspiré de l’économie sociale et solidaire, comporte des exigences particulières dans la répartition des bénéfices, dont au moins 70% devraient être mis en réserve ou réinvestis.

Mais ce statut n’aura d’intérêt que s’il est complété à l’avenir par un volet fiscal permettant à des sociétés ou à des «lecteurs-citoyens» d’investir dans ces entreprises en échange de réductions d’impôt.

Sans fournir de détails, la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin a assuré que le gouvernement «accompagnera ce nouveau statut par des mesures incitatives de façon à le rendre aussi attractif que possible» pour «les particuliers comme les entreprises».

Un autre volet traite de la distribution de la presse nationale au numéro, en chute de plus de 25% sur la période 2009-2013, avec un opérateur historique Presstalis (ex-NMPP) en pleine restructuration et un réseau de diffuseurs en plein rétrécissement (3.000 points de ventes fermés en cinq ans.)

Le texte se limite à renforcer les pouvoirs des autorités de régulation afin d’obliger les deux messageries, Presstalis et les Messageries lyonnaises de presse (MLP) à aller vers davantage de mutualisation. Mme Buffet a proposé de fusionner les deux messageries mais «imposer une entreprise unique serait contraire au droit de la concurrence», lui a répondu Mme Pellerin.

- Les journalistes pourront visiter les prisons -

Troisième volet, la réforme de la gouvernance de l’AFP, «un fleuron, une pépite», selon M. Françaix afin d’allonger le mandat de son PDG de 3 à 5 ans et de modifier son conseil d’administration où les représentants de la presse sont majoritaires alors qu’ils sont aussi ses clients, et donc en situation de «conflit d’intérêt latent», selon le rapporteur.

«Nous possédons un géant au niveau mondial mais il faut lever l’ambiguïté sur la présence d’administrateurs clients», a renchéri l’UMP Christian Kert.

En conséquence, le texte diminue le nombre de représentants de la presse et fait entrer cinq personnalités indépendantes nommées par le conseil supérieur de l’agence qui ne devront pas être «des commis de l’Etat à la retraite», a prévenu le socialiste Marcel Rougemont.

Le texte transcrit aussi les mesures réclamées par la Commission européenne en échange de la reconnaissance des missions d’intérêt général de l’AFP et de la clôture de la plainte pour aide d’État déposée par un concurrent allemand.

Dorénavant, les versements de l’Etat (126 millions d’euros en 2015) devront être distingués entre le paiement des abonnements commerciaux et la compensation des missions d’intérêt général de l’AFP fixées par son statut, qui lui demande notamment d’être «un organisme d’information à rayonnement mondial».

Bruxelles demande également que l’AFP soit soumise au droit commun en matière de faillite et que ses activités hors mission d’intérêt général fassent l’objet d’une comptabilité séparée.

Marie-George Buffet et Barbara Pompili (écologiste) ont relayé les inquiétudes d’une partie du personnel sur la création d’une filiale technique qui recevra des prêts de 30 millions d’euros pour financer les investissements de l’AFP et «pourrait remettre en cause son unicité».

«Notre ambition est de financer les investissements de l’AFP sans qu’il soit porté atteinte à son indépendance qu’on peut résumer dans une formule: ni étatisation, ni privatisation», a assuré le président de la commission des Affaires culturelles, Patrick Bloche (PS).

Enfin, le texte permettra aux journalistes d’accompagner les parlementaires lors de leurs visites de lieux privatifs de liberté, c’est-à-dire les établissements pénitentiaires, les zones d’attente, les centres de rétention ainsi que les centres éducatifs fermés.

 

... L'AFP se "réorganise" pour pouvoir lever des fonds !! En savoir plus avec un article des Echos.fr

 

 

 

11 décembre 2014 - L'Agence France-Presse prévoit pour 2015 une hausse de ses recettes et de sa marge par rapport à 2014 et crée une filiale technique qui recevra des prêts de 30 millions d'euros pour financer des investissements.

Pour 2015, l'AFP prévoit une marge d'exploitation de près de 17 millions d'euros, contre 11,9 millions en 2014, hors événements spéciaux (Coupe du Monde et JO de 2014), grâce à une hausse de ses recettes commerciales de 2,2%.

Ces recettes, qui ne comprennent par la contribution de l'Etat, sont prévues à 168,6 millions, contre 166,6 millions en 2014, toujours hors événements spéciaux

La contribution de l'Etat est pour la première fois répartie entre recettes commerciales (22 millions pour 2015) et contribution en compensation de la mission d'intérêt général (102, 8 millions). Les charges globales sont attendues en hausse de 1,1%, à 270,6 millions, dont une hausse de 1,3% des charges de personnel, à 207,4 millions

Le résultat net 2015 devrait être à l'équilibre

Si on intègre les recettes des événements spéciaux qui ont dopé les résultats de 2014 (JO et Coupe du monde), absents de 2015, le chiffre d'affaires 2015 sera néanmoins en légère augmentation.

Hors événements spéciaux, le budget 2015 est tiré par la vidéo, qui ne représentera que 12,1 millions mais avec une progression de 23%, alors que les produits "texte" devraient voir leurs recettes s'éroder de 1,1%, à 73,8 millions d'euros, revenant à 44% du chiffre d'affaires (contre 46% en 2013).

Principal segment en baisse, les produits texte en français, qui seront ramenés à 47,9 millions l'an prochain, en baisse de 2,6% sur 2014, surtout à cause d'un recul des ventes en Europe hors France, alors que le marché français pour le texte reste quasiment stable (-0,6%).

Tous produits confondus, le chiffre d'affaires France est attendu en hausse de 0,6%, après +1,5% en 2014. La France représente 45% des recettes commerciales du budget 2015.

La photo (27% du chiffre d'affaires) devrait progresser de 2% à environ 46 millions d'euros tandis que les produits web et mobile et infographie devraient progresser de 5%. L'AFP a conclu cette année de nouveaux contrats avec Yahoo et MSN, qui ont plus que compensé la rupture d'un contrat avec Google.

Le Conseil d'administration de l'Agence a par ailleurs voté la création d'une nouvelle filiale technique, baptisé AFP Blue, détenue par l'AFP à 100%, qui recevra des prêts de 30 millions d'euros en deux ou trois ans apportés par la BPI, la Caisse des Dépôts et une banque privée. Elle financera notamment le renforcement de l'infrastructure vidéo et le développement d'applications innovante.

 

 

 

 

8 décembre 2014 -9 octobre 2014 - La ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin a indiqué le 29 octobre, que la proposition de loi PS sur la réforme du statut de l'AFP et la modernisation du secteur de la presse serait débattue à l'Assemblée en décembre

"Le gouvernement soutient cette proposition de loi qui devrait être débattue en décembre", a déclaré Mme Pellerin à l'occasion du débat sur le budget 2015 de la mission "médias, livre et industries culturelles" adopté par les députés. 

"C'est une proposition extrêmement importante pour l'AFP", a-t-elle insisté en jugeant ce "calendrier impératif" au regard des engagements pris par la France auprès de la Commission européenne sur l'AFP. 

La proposition de loi du groupe socialiste, qui s'inspire d'un rapport remis en avril du député PS Michel Françaix, propose notamment d'allonger le mandat du PDG de 3 à 5 ans et d'ouvrir le conseil d'administration à de nouvelles personnalités sans lien avec les clients de l'Agence France-Presse. 

Elle vise aussi à mettre en conformité le statut de l'AFP avec le droit européen de la concurrence à la suite de la clôture de la plainte pour aide d'État déposée par un concurrent de l'AFP auprès de la Commission européenne. Interview d’ Emmanuel Hoog, PDG de l'AFP, invité du « Buzz Média Orange-Le Figaro ».

 

 

 

29 septembre 2014 - Nous avons appris avec tristesse le décès de notre ancien collègue Michael Adler le 8 septembre à l’âge de 66 ans.

Michael était entré à l’agence en 1980, au desk anglais. Il avait rejoint le bureau de Bangkok en 1985 avant de revenir cinq ans plus tard à Paris.

En 1997, il part pour Bonn puis Berlin. De 2002 à 2007, il travaille au bureau de Vienne, son dernier poste à l’agence, où il devient un expert des questions diplomatiques liées au nucléaire, sujet sur lequel il était en train d’écrire un livre.

Ces dernières années, il conduisait ses recherches au sein du Woodrow Wilson International Center for Scholars, à Washington. (Information reprise de l'AFP)

 

 

 

 

 Publications AFP de la rentrée ..

 

- Photos de guerre - L'AFP au cœur des conflits  (Yves Gacon - Editions Armand Colin parution le 10 septembre 2014 ) 

   L' Itinéraire de six photoreporters et regards croisés sur le photojournalisme de guerre

 

 - Le Monde en Direct  (Xavier Baron - Editions La découverte parution le 28 Aout 2014)

   L 'aventure exceptionnelle et passionnante de l'AFP et de ses collaborateurs qui ont su, au gré de l'Histoire et malgré les vicissitudes, maintenir une ambition mondiale : fournir en permanence, partout dans le monde, une information fiable, vérifiée et immédiate.

  ..... (Médiapart 28 sept 2014 : Vétéran de l'AFP, Xavier Baron a troqué la dépêche pour le travail d'historien. La leçon de 180 années d'histoire de la plus ancienne des agences de presse : sans indépendance économique, l'indépendance rédactionnelle est un défi permanent.Édifiant.)

 

 - Sport  (Gilbert Grellet - Editions Armand Colin parution du 4 juin 2014) 

    Les grands moments de l'histoire récente du sport à travers 70 clichés de quatre photoreporters de l'AFP : jeux Olympiques, grands championnats, coupes du monde, tournois, rallyes, … autant de moments forts dans l'histoire récente du sport commentés, à travers anecdotes et souvenirs, par les auteurs des photographies.

 

 - Défis Océanique  (Hervé Guilbaud - Editions Gallimard parution le 2 octobre 2014) 

     50 ans d’exploits français de Tabarly à Cammas que raconte le spécialiste de la voile à l’Agence France Presse, qu’illustrent tous ces exploits depuis 50 ans des photos de l’AFP.

 

 

 

 

... Août 1944: Paris et sa presse sont libérés 

Réinvestir les journaux et la future AFP, sous contrôle allemand durant la guerre, est un objectif prioritaire de la Résistance en août 1944. Assoiffés d'information après quatre ans de censure et de propagande, les Parisiens vont s'arracher les premiers quotidiens libres.

Pour ce 70éme anniversaire, les quotidiens de province comme parisiens  (voir le point  voir La Croix etc , reviennent largement sur ces moments historiques que retrace l’AFP sur son Making-of / les coulisses de l'info : http://blogs.afp.com/makingof  reprenant de nombreux extraits du livre de Xavier Baron Le Monde en direct.

Souhaitant s'associer à cette commémoration,  l'Amicale des Anciens de l'AFP vous propose un document PDF avec deux de ces articles repris sur la diffusion de " l' Agence "

(Cyclistes de presse devant l'AFP - Photo d'archive AFP postérieure aux évennements de 1944)

 

 

4 juillet 2014 - Emmanuel Marcovitch, directeur administratif et financier de l'AFP succède à Antoine Ludier, qui quitte l'Agence France Presse

Le nouveau Daf de l'AFP, Emmanuel Marcovitch était directeur général adjoint de l'AFP. Il conserve ses fonctions actuelles,  Âgé de 40 ans, il est directeur général adjoint de l'AFP depuis septembre 2012. Il était auparavant conseiller référendaire à la Cour des comptes (2008-2012). Il a préalablement mené un programme de recherche au Massachusetts Institute of Technology (MIT, 1996-1997) puis travaillé chez Vivendi Universal (1998-2001) et au ministère de l'Intérieur (2001-2005). Il est ancien élève de l'ENA (2006-2008), diplômé de Télécom École de Management (1996) et de l'université Paris-Dauphine (1995).

 

 

13 juillet 2014 - Communiqué ..... Appel de l'AFP sollicitant la mémoire de ses anciens 

Cette année, l’AFP va fêter ses 70 ans d’existence depuis 1944 sous le nom AFP (anciennement OFI).

Emmanuel Hoog veut « marquer le coup » et prépare un certain nombre d’événements et de manifestations.

Il voudrait entre autres, présenter les 70 ans passés au regard des années à venir, et rappeler les évolutions techniques qui ont fait progresser l’AFP.

Si vous avez vous-même (ou connaissez quelqu’un qui a) vécu des événements « mémorables », n’hésitez pas à écrire et m’envoyer vos documents, je suis chargé de les concentrer pour sélection avant publication.

Il peut s’agir aussi bien de la première phase d’informatisation, d’une installation d’un système, du lancement du satellite, d’une couverture d’un événement (sportif ou pas) mettant en scène une techno innovante pour l’époque ….

N’hésitez pas à solliciter en interne toutes les personnes que vous estimerez pertinentes  , mais aussi n’hésitez pas à solliciter les anciens à la retraite qui ont surement des souvenirs !...

N’ayez pas de complexe non plus sur le format d’écriture, nous ferons une mise en forme si nécessaire !!

Pour le calendrier, il faudrait que j’ai rassemblé tout ça pour fin août…

A vos mémoires et merci  ! ;-)

Amts/Daniel OUDET

 

 

Election au Conseil d’administration de l’AFP : L’ADIAFP (Association pour la Défense de l’Indépendance de l’AFP) prend position

Depuis le 10 juin et pendant 10 jours tous les actifs de l’AFP, dans le monde entier, sont appelés à élire leurs deux représentants au Conseil d’administration de l’agence.

« En temps normal, notre association n’aurait pas vocation à prendre position lors de ce vote, strictement interne à l’AFP, » affirme l’ADIAFP. L’association justifie sa démarche exceptionnelle car « cette année,  les principes fondateurs de l'agence sont à nouveau mis en cause. A Paris comme à Bruxelles, les dirigeants politiques cherchent à limiter le champ de la mission d’intérêt général de l'agence, fondée sur la loi de 1957 et reconnue par l’amendement adopté par le parlement français en 2012. » 

« Il est question notamment de créer de nouvelles filiales, non soumises aux exigences du statut. Par la même occasion, la Commission européenne prétend limiter dans le temps la mission d’intérêt général de l’AFP, qui lui serait “concédée” pour un bail de dix ans. Tout cela est inacceptable".

Chez les "non-journalistes", les deux candidats en lice sont issus du monde syndical, et tous les deux ont oeuvré dans le passé pour la défense du statut et l’indépendance de l’AFP.

« Chez les journalistes, les deux principaux candidats représentent des choix fort différents. L'un a activement contribué à la lutte victorieuse contre les tentatives de casse du statut et à l'inscription de la notion de "mission d'intérêt général" dans la loi de 1957 » lors de la modification de l'article 13 en 2012.

Selon l’ADIAFP, l’autre représente une mouvance qui au cours des dix dernières années ne s'est jamais clairement opposée aux projets de révision hasardeux des différentes directions. C’est la raison pour laquelle l’ADIAFP appelle les journalistes AFP dans le monde entier de « faire le choix de la défense intransigeante des principes fondateurs de l'agence, en votant pour Samir Douaihy. » 

 

10 juin 2014 - L'AFP conclut un accord d'achat d'images vidéo avec la PQR

L'AFP, qui enrichira ainsi "son offre d'images venant des régions françaises", pourra obtenir des images d'actualité déjà disponibles, ou, dans certains cas, commander des images exclusives, a-t-on appris dans un communiqué commun.

L'accord a été conclu avec Ouest-France, Sud-Ouest, La Charente Libre, Pyrénées Presse, La Dordogne Libre, TV7 Bordeaux, Midi Libre, L'Indépendant du Midi, Centre Presse, La Dépêche du Midi, Nice Matin, Var Matin, Corse Matin, La Montagne, Le Populaire du Centre, Le Journal du Centre, Le Berry Républicain, L'Yonne Républicaine , La République du Centre, L'Echo Républicain et L'Eveil de la Haute-Loire.

 Le PDG de l'AFP Emmanuel Hoog s'est félicité de ce "nouveau pas dans le renforcement des liens entre l'Agence France-Presse et la Presse Quotidienne Régionale", rappelant que la vidéo était "l'une de (ses) priorités dans le développement de l'AFP".

Selon le communiqué, cet accord devrait donner aux images de la PQR "une visibilité nationale et mondiale".

Gilles Crémillieux, le secrétaire Général du Groupe Centre France La Montagne et coordonnateur du projet, a estimé pour sa part que "les titres de presse en région allaient devenir un des premiers acteurs de la production de vidéos d'information de proximité"

 

 

30 mai 2014 - Des agences de presse furieuses de devoir payer TF1 et France Télévisions pour les cérémonies du Débarquement

Pour le directeur de l'information de l'AFP, «la commercialisation de cet événement historique est choquante.

des dizaines de millions de téléspectateurs pourraient être privés d'images en direct des cérémonies du 70e anniversaire du Débarquement après la décision de la présidence française d'en rendre l'accès payant aux grandes agences de presse mondiales.

les droits exclusifs de retransmission en direct des cérémonies, qui réuniront une vingtaine de chefs d'État et de gouvernement, dont la reine d'Angleterre Elizabeth II et le président américain Barack Obama le 6 juin en Normandie, ont été attribués par la présidence française à la chaîne de télévision privée TF1 et au groupe public France Télévisions

 Contrairement aux usages, ces télévisions réclament près de 200.000 euros aux agences internationales Associated Press, Reuters, Agence France-Presse et ENEX (un réseau mondial de chaînes privées) pour les droits de retransmission en direct, y compris sur Internet.Les agences ont protesté auprès de la présidence française

3 juin 2014 - Dernière minute  ... - Les images des commémorations du Débarquement seront finalement accessibles gratuitement aux agences de presse mondiales à la demande de l'Elysée, ont annoncé mercredi TF1 et France Télévisions, chargées en exclusivité de leurs retransmissions en direct.

 

 

 

27 mai 2014 - L'AFP s'installe sur Instagram proposant une sélection issue de la production quotidienne des photographes de l'' agence. L'AFP continue d'investir les réseaux sociaux. Après avoir ouvert des comptes sur Twitter, Tumblr, Pinterest et Facebook, l'Agence France Presse se lance aujourd'hui sur Instagram. Ce compte ouvert au grand public est alimenté par une sélection de clichés issue de la production quotidienne des 500 photographes travaillant pour l'AFP. On peut y voir la variété des sujets traités par l'agence : élections européennes, manifestations en Turquie, coup d'Etat en Thaïlande, Festival de Cannes, scènes de la vie quotidienne... Chaque cliché est accompagné d'une notice plus ou moins documentée selon les cas.Le service photographique international de l'AFP a été créé en 1985 et dispose aujourd'hui d'un réseau de 500 photographes. Il diffuse plus de 3 000 photographies par jour auprès de ses abonnés et "sa production a été multipliée par sept depuis 2000" précise l'Agence France Presse.

 

6 mai 2014 -  Les syndicats de l'AFP unis pour dire non au Plan Hoog

En présentant un plan qui comporte de nombreux reculs sociaux clairement ciblés, tout en restant totalement flou sur les mesures qui en seraient, selon lui, la contrepartie pour les salariés, le PDG Emmanuel Hoog a fait l'unité des six syndicats représentatifs de l'AFP contre lui.

Conviée par la direction à une longue série de réunions à partir du 7 mai, l'intersyndicale CGT-CFDT-FO-SNJ-SUD-CGC affirme unanimement qu'elle ne participera pas aux négociations sur le "scénario" présenté par le PDG le 3 avril.

 L'unique objectif précis développé dans ce "scénario" consiste à s'attaquer au capital le plus précieux de l'Agence, ses personnels, en décrétant que l'évolution de la masse salariale des salariés statut siège ne devra pas dépasser 1% par an au cours de la période 2014-2018.

 En face des mesures drastiques envisagées, pas de garantie pour l'emploi des personnels administratifs et techniques, rien de concret sur le maintien du pouvoir d'achat fortement dégradé, aucune proposition concrète pouvant être qualifiée de progrès social.(...) Pour l'ensemble de ces raisons, l'intersyndicale refuse de négocier le plan du PDG.

  Paris, le 5 mai 2014

  L'intersyndicale CGT-CFDT-FO-SNJ-SUD-CGC de l'AFP

 

 

29 avril 2014 - L'AFP maintient son résultat net à l'équilibre en 2013, à 0,2 M EUR, dans un contexte de crise générale des médias, selon les comptes 2013 de l'Agence, approuvés mardi par le Conseil d'administration

.Le chiffre d'affaires, à 283,1 M EUR (-2,3% sur 2012), et la marge d'exploitation, à 11,8 M EUR (-3,3%), accusent cependant une légère baisse.En 2012, l'AFP avait enregistré un chiffre d'affaires de 289,6 M EUR, une marge d'exploitation de 12,2 M EUR et un bénéfice net de 0,1 M EUR.

 "L'année 2013 a permis de poursuivre la stratégie de l'Agence avec le développement de la vidéo, dont le chiffre d'affaires augmente de 16,3% et franchit la barre des 10 M EUR (...) Le chiffre d'affaires de la photo (+2%) continue également de progresser. L'image permet ainsi de compenser la baisse du service général texte (-2,7%)", a indiqué l'AFP dans un communiqué. "En termes géographiques, les plus fortes progressions sont constatées sur l'Amérique latine (+14,4%), l'Afrique (+8,3%) et l'Asie (+4,8%). Le chiffre d'affaires en France se tasse et représente désormais 44,4% des revenus commerciaux de l'AFP", a détaillé l'Agence France-Presse.

Trois nouveaux administrateurs ont été désignés au titre des représentants de la presse quotidienne régionale: Jean-Michel Bretonnier (La Voix du Nord), Jean-Luc Evin (Ouest-France) et Patrick Venries (Sud Ouest).  Deux nouveaux administrateurs ont été désignés au titre du service public de l'audiovisuel: Marie-Christine Saragosse (France Médias Monde) et Bruno Patino (France Télévisions). Francis Morel (Les Echos), représentant de la presse quotidienne nationale, a été élu vice-président de l'AFP. Outre le PDG de l'AFP Emmanuel Hoog, quinze représentants des médias français, du gouvernement et du personnel composent le conseil d'administration de l'Agence

 

 

15 avril 2014 - L'AFP pourrait créer une filiale technique pour lever jusqu'à 36 M EUR (rapport Françaix)  L'AFP, qui doit trouver des fonds pour financer son développement, pourrait créer une filiale centrée sur les investissements techniques afin d'obtenir jusqu'à 36 millions d'euros de financements publics, a proposé mardi le député Michel Françaix dans un rapport sur l'Agence France-Presse.

Mandaté en septembre par le gouvernement pour se pencher sur l'avenir de l'AFP - une société au statut particulier sans capital, ni actionnaires -, ce député socialiste spécialiste des médias estime que la création de cette structure compatible avec le droit européen est "la plus simple, la plus efficace et la plus acceptable par tous". Selon Michel Françaix, qui a remis son rapport mardi matin au Premier ministre Manuel Valls, plusieurs institutions financières publiques pourraient intervenir dans le financement de cette nouvelle filiale

La Caisse des dépôts et consignations investirait 8 millions d'euros, tandis que le Commissariat général à l'investissement pourrait "octroyer à la filiale de l'AFP un prêt de l'ordre de 15 à 20 millions d'euros provenant du Fonds national pour la société numérique". De son côté, la Banque publique d'investissement (BPI France) apporterait un "prêt à l'AFP qui pourrait atteindre 8 millions d'euros".La nouvelle filiale achèterait des équipements techniques et les louerait à l'AFP. De son côté, l'Agence, qui a déjà plusieurs filiales, devrait contribuer au capital de cette structure nouvellement créée, en fonds et en moyens. La création de cette filiale privée, relevant du droit commercial, aurait l'AFP pour actionnaire majoritaire, ce qui permettrait de respecter l'indépendance "statutaire et éditoriale" de l'Agence, prévue dans une loi de 1957, et s'opèrerait "sans aucune modification du cadre d'emploi de ses personnels", souligne le rapport. Ce "plan d'investissement sur 5 ans" pourrait être suivi dans le cadre du contrat d'objectifs et de moyens (COM), actuellement en discussion avec l'Etat et portant sur la même période : 2014-2018 .Le député propose aussi d'allonger le mandat du PDG de 3 à 5 ans, renouvelables. Il suggère également d'ouvrir le conseil d'administration à de nouvelles personnalités, sans lien avec les clients, comme c'est le cas aujourd'hui, pour éviter les conflit d'intérêts.

Pour entrer en vigueur, les différentes propositions du rapport doivent être traduites dans une ou plusieurs lois adoptées par le Parlement. Ce rapport intervient alors que la Commission européenne vient d'accepter fin mars l'octroi d'aides publiques à l'AFP pour "des missions d'intérêt général". La Commission avait été saisie en 2010 d'une plainte émanant de l'agence de presse allemande DAPD --qui a disparu depuis-- accusant l'AFP de recevoir des subventions illicites de l'Etat français

Photo afp.com/François Guillot :  Le député Michel Françaix et le PDG de l'AFP Emmanuel Hoog à leur sortie de l'Hôtel Matignon, le 15 avril 2014

Le rapport remis le 14 avril à M. Manuel Valls, Premier ministre par le député Michel Françaix trace des perspectives ambitieuses pour l’avenir et le développement de l’AFP.

Le secteur des médias vit une période de profondes mutations, aussi bien en termes d’usages que d’un point de vue économique. Nos clients traditionnels traversent une crise structurelle, alors même que le besoin d’informations n’a jamais été aussi élevé dans le monde entier. L’AFP doit adapter sa production et ses produits à cette nouvelle donne pour conquérir de nouveaux marchés et clients en France et à l’international.

Pour proposer des produits répondant aux nouveaux usages de l’information, l’AFP a bâti un plan de développement pour les années 2014 à 2018, qui a été présenté au Conseil d’administration en décembre 2013. Ce plan prévoit le renforcement de l’offre de l’Agence dans la vidéo, l’information sportive, le développement international, l’innovation, le service aux clients. Il nécessite des investissements technologiques d’un montant de 34,4 M€ sur cinq ans. Ces investissements sont indispensables pour que l’AFP reste l’une des trois premières agences de presse au monde. Le rapport de Michel Françaix valide ce montant.

Pour mémoire, les précédents investissements de l’AFP ont été financés :

-           par des subventions ou abandons de créance de l’Etat, mécanismes incompatibles avec le droit européen ;

-           par la vente d’actifs immobiliers à l’étranger ou la mise en crédit-bail du siège, opérations qui ne peuvent être répétées ;

-           par un prêt directement auprès de l’Etat (prêt IRIS), mais à travers un dispositif ad hoc et à des conditions financières qui ne nous sont pas favorables.

Dès lors que ces trois solutions ne sont plus d’actualité, un mécanisme pérenne et conforme au droit doit être instauré pour le financement de nos futurs projets. La mise en œuvre des préconisations faites par Michel Françaix permettra de préfinancer nos investissements et de préparer au mieux notre avenir.

L’Agence va dorénavant travailler avec l’Etat et le secteur financier public à la mise en œuvre des préconisations du rapport Françaix. Une filiale devrait être créée pour porter les investissements futurs de l’Agence.

Répondant aux règles de droit commercial et aux prescriptions de la législation européenne, la filiale pourrait porter un plan d’investissement, sans les limites de financements que connait historiquement l’Agence du fait de ses spécificités économiques et financières.

Structure pérenne, la filiale constituerait le véhicule qui accompagnerait l’AFP pour ses investissements futurs, y compris au-delà de l’actuel plan de développement.

L’AFP gardera l’ensemble de ses compétences et prérogatives en matière de conception, réalisation et exploitation de ses nouveaux projets. La filiale portera les investissements et pourra, par la suite, les commercialiser à d’autres entreprises que l’AFP.

Pour Emmanuel Hoog, « la récente décision de la Commission européenne sur la compensation des missions d’intérêt général dévolues à l’AFP permet de clarifier les relations entre l’Agence et l’Etat et de sécuriser son compte d’exploitation. Il s’agit maintenant de disposer des outils et leviers permettant d’investir pour l’avenir et d’accompagner les mutations historiques que connaît le secteur de l’information. Le rapport de Michel Françaix apporte des solutions sérieuses, crédibles et innovantes, conformes à notre statut et notre indépendance. Investir est la clé de nos succès de demain. L’AFP a souffert d’un sous-investissement chronique ces dernières années que ce mécanisme nouveau de financement doit nous permettre de rattraper ». 

 

 

 

4 avril 2014 - A la une des médias …. Quand l’AFP offre une improbable rencontre dans ses locaux, entre les meilleurs ennemis de gauche dans un contexte insolite : celui d’un pot de départ !.

 Ce jeudi 3 avril, dans la soirée, ainsi que l'ont raconté, sur twitter, de nombreux journalistes,  le président de la République comme de nombreuses personnalités de la sphère politique, avait   fait un petit crochet  au pot de départ de la chef du service politique de l’AFP  Sylvie Maligorne, journaliste si bien informée que c’est elle que Hollande avait appelé  directement, pour confirmer récemment sa rupture avec Valérie Trierweiler

 De quoi provoquer d'étranges scènes, comme un aparté insolite entre François Hollande et Jean-Luc Mélenchon ou pour le temps d'une soirée, les rivalités semblaient estompées!

Quelques instants plus tôt, c’est le nouveau premier ministre Manuel Valls qui avait passé une tête à ce pot de départ pour saluer la journaliste.

Pour en savoir plus, voir les articles du Nouvel Observateur politique  et de  l'Express

Photo Internet /Capture d'écran du compte Twitter de Bruno Jeudy, journaliste au Journal du dimanche )

 

 

27 mars 2014 - Bruxelles accepte l'octroi d'aides publiques à l'AFP. Emmanuel Hoog, s'est réjoui de la décision de la Commission européenne.

La Commission européenne a reconnu jeudi les missions d'intérêt général dévolues à l'AFP... , La Commission européenne a accepté jeudi l'octroi d'aides publiques à l'Agence France-Presse (AFP) pour "des missions d'intérêt général" mais veut s'assurer que les abonnements de l'Etat à l'Agence ne constituent pas "des subventions déguisées" incompatibles avec le droit européen.

La Commission avait été saisie en 2010 d'une plainte émanant de l'agence de presse allemande DAPD --qui a disparu depuis-- accusant l'AFP de recevoir des subventions illicites de l'Etat français. 

Bruxelles, tout en se félicitant "de l'excellente coopération avec les autorités françaises sur ce dossier", souhaite des assurances concernant le financement de l'AFP, a indiqué Antoine Colombani, porte-parole du commissaire chargé de la Concurrence, Joaquin Almunia.

La décision de la Commission "permet à l'Agence de sortir de quatre années d'incertitudes et de sécuriser son financement public, indispensable à l'exercice de ses missions", s'est réjoui Emmanuel Hogg, le PDG de l'AFP dans un communiqué.   

La Commission a envoyé jeudi une lettre aux autorités françaises pour les inviter "à s'assurer que le nombre d'abonnements sera limité à ce qui est effectivement nécessaire pour couvrir les besoins de leur administration et que les modalités de calcul de prix des abonnements d'Etat" seront conformes à la grille tarifaire appliquée aux entreprises du secteur privé, a confié une source communautaire.

Le but de la Commission est de s'assurer que "les abonnements que l'Etat continuera à payer en tant que client ne constituent pas des subventions déguisées, mais soient fixés selon des critères commerciaux", a précisé M. Colombani.

"Cela permettra à l'AFP de poursuivre son activité en France et au niveau international sans distortion indue de concurrence par rapport à d'autres agences ne bénéficiant pas des aides massives dont elle a pu bénéficier depuis plusieurs décennies", a-t-il ajouté.

"La lettre envoyée aujourd'hui ne conclut pas la procédure. Elle donne un mois à la France pour indiquer si elle accepte les propositions et un an pour les appliquer", a-t-il fait remarquer.

Si Paris ne se conforme pas aux demandes de la Commission, il pourrait y avoir l'ouverture d'une procédure formelle d'enquête.

En mars 2012, le Parlement français a reconnu légalement les missions d'intérêt général de l'Agence en les inscrivant dans le statut de l'AFP, qui a donc été légèrement modifié.

Concernant les aides accordées jusqu'à présent par l'Etat français, il ne peut y avoir de récupération dans la mesure où le système de subventions étatiques était en vigueur avant l'entrée en application du traité de Rome, a fait savoir une source européenne. . (afp)

 

21 mars 2014 - Sardar Ahmad, journaliste de l'AFP  à Kaboul, a été tué hier soir avec sa femme et deux de ses enfants dans l'attaque de la ville au Serena, un grand hôtel de la capitale afghane.
Les quatre dépouilles ont été identifiées ce matin à Kaboul par un photographe du bureau de l'AFP. Sardar Ahmad, 40 ans, était un pilier de l'AFP Kaboul où il travaillait Depuis 2003. L'attaque a été revendiquée par les rebelles talibans.
Sardar Ahmad, 40 ans, était un pilier de l'AFP Kaboul où il travaillait depuis 2003. Il avait été au début embauché par l'AFP pour suivre les points de presse quotidiens de la coalition militaire menée par les Etats-Unis en Afghanistan, avant de devenir l'un des journalistes permanents du bureau. En marge de son travail à l'AFP, ce journaliste spécialisé dans les questions de sécurité et connu pour ses reportages vivants avait fondé Pressistan, une agence de presse fournissant des services de traducteurs aux journalistes étrangers de passage en Afghanistan.

Sardar_Ahmad (Photo AFP).

Neuf personnes, dont au moins quatre étrangers, ont été tuées dans cette attaque des talibans contre le Serena, l'hôtel le plus prestigieux de la capitale afghane Kaboul. Les ressortissants étrangers sont de nationalité canadienne, néo-zélandaise et indienne et pakistanaise, selon les responsables afghans. Selon le ministre paraguayen des Affaires étrangères Eladio Loizaga, un ex-diplomate du Paraguay, Luis Maria Duarte, fait aussi d'ailleurs partie des victimes.(info AFP reprise du Figaro.fr)

 .... KABOUL 25 mars 2014 - Le petit Abouzar, seul membre de la famille du journaliste de l'AFP Sardar Ahmad ayant survécu à l'attaque de l'hôtel Serena de Kaboul, a quitté mardi les soins intensif et est hors de danger, a indiqué son médecin.
Abouzar Ahmad, âgé de 2 ans et 10 mois, avait reçu un éclat de balle dans la tête et été également blessé à la poitrine, au bras et à la cuisse quand quatre tireurs ont ouvert le feu à l'hôtel Serena, le plus luxueux de Kaboul, jeudi soir.Le garçonnet a quitté le service des soins intensifs de l'hôpital Emergency de Kaboul, géré par l'ONG italienne du même nom, après avoir fait de rapides progrès au cours des derniers jours.
Il est hors de danger mais ce genre de blessure à la tête peut donner des complications à l'avenir, a déclaré à l'AFP le coordinateur médical de l'hôpital, Luca Radaelli.
Il est trop tôt pour faire des prévisions à long terme, a-t-il ajouté, précisant qu'Abouzar restait sous antibiotiques et devait être plâtré rapidement à la cuisse gauche pour soigner une légère fracture du fémur.
Abouzar aura encore besoin de beaucoup de soutien et d'aide dans un environnement très calme afin de récupérer entièrement, a dit Faisal Khan, l'un des frères de Sardar, venu de Suède. Nous remercions sincèrement tous ceux qui nous ont aidés. Vos prières ont été entendues, mais Abouzar a encore un long chemin à parcourir et il aura encore besoin de vos prières, a-t-il dit.
Son père Sardar Ahmad, 40 ans, sa mère Homaira, sa soeur Nilofar, 6 ans, et son frère Omar, 5 ans, figurent parmi les neuf personnes qui ont péri dans l'attaque du Serena.
Les funérailles de Sardar Ahmad, de sa femme et de leurs deux enfants tués dans l'attaque ont eu lieu dimanche dans la capitale afghane.
Ahmad, 40 ans, était un pilier du bureau de l'AFP à Kaboul, pour lequel il travaillait depuis 2003.
L'attaque du Serena, survenue à deux semaines du premier tour de l'élection présidentielle, le 5 avril, a été revendiquée par les insurgés talibans, mais, mardi, les autorités afghanes ont accusé les services secrets pakistanais d'être impliqués dans sa préparation, malgré un démenti d'Islamabad.  (AFP)
 

 

 

 

20 mars 2014 - Jean-Pierre Prével, ancien de l'AFP et ancien directeur de la photo à Ouest-France est décédé jeudi à l'âge de 71 ans, a-t-on appris auprès du quotidien régional.
"JPP", comme le surnommaient ses collègues, a succombé à un cancer foudroyant, a indiqué un de ses anciens collaborateurs d'Ouest-France.
"C'est lui qui a fondé le service photo à Ouest-France, avec ses critères d'agencier.

Il a vraiment construit le service au siège et dans les régions", a commenté cet ancien collègue.
"C'était une forte personnalité. Ca filait doux dans le service", a-t-il ajouté.
Entré à l'âge de 15 ans à l'AFP, ce natif d'Évreux avait travaillé dans plusieurs bureaux, notamment au Havre et à Rennes.
Au Havre, il avait ainsi couvert le lancement du paquebot France en 1960. Un de ses faits d'armes pour l'AFP avait été la couverture de la prise d'otages aux jeux Olympiques de Munich en 1972, a témoigné André Durand, un de ses anciens collègues à l'AFP Rennes.
Jean-Pierre Prével avait quitté l'AFP en 1983 pour entrer à Ouest-France en tant que chef des informations photographiques, avant de devenir directeur du visuel à partir de 1990. Le service photo d'Ouest-France compte désormais une quinzaine de personnes.
Il avait pris sa retraite en 1999 et vivait depuis à Piriac-sur-Mer, en Loire-Atlantique.
Jean-Pierre Prével laisse une épouse et deux enfants. La date de ses obsèques n'était pas fixée jeudi soir.

 

 

 

 

13 mars 2014 - Nous avons appris avec tristesse le décès à l’âge de 61 ans, de notre consœur  et camarade Anne-Marie Chapelan, à la suite d’un cancer.

Née à Paris, le 15 mai 1952, Anne-Marie Chapelan, qui s’est éteinte samedi, était entrée à l’AFP en 1979 au desk Photo. Journaliste à l'AFP depuis 1979, Anne-Marie avait occupé des postes aux bureaux de Rennes, Marseille, Brest, Bonn et Montpellier et travaillé sur différents desks parisiens. En tant que rubricarde au Social, elle avait notamment couvert - et critiquement accompagné, la privatisation d'EDF-GDF, toujours soucieuse d'aller au fond des choses, quitte à se positionner à contre-courant.

C'est avec ce même engagement qu'elle s'était lancée dans une nouvelle aventure syndicale en 2003. Les plus anciens se souviennent de son intervention percutante lors d'une assemblée générale du personnel, organisée à l'automne 2003 pour protester contre le premier Contrat d'objectifs et de moyens et le crédit-bail sur le siège historique de l'Agence.

Militante engagée dans la défense de l’AFP et de ses personnels, Anne-Marie avait dû abandonner son travail à l'Agence pour livrer courageusement un combat autrement plus difficile: celui contre sa maladie.

C'est avec toute notre tendresse pour Anne-Marie et avec émotion que nous exprimons notre solidarité à son compagnon et à ses trois enfants.

Anne-Marie, ton sourire, ta gentillesse et tes légitimes colères nous manquent ! (Philippe THEBAULT)

Les témoignages de condoléances peuvent être envoyés à son compagnon dubu@free.fr

 

 

12 mars 2014 - AFP : la réforme, enfin ?  Alors qu'un « rapport sur l'avenir de l'AFP » sera rendu au Premier ministre dans quelques jours, les planètes semblent enfin alignées pour une évolution en douceur de la troisième agence de presse mondiale. En jeu : la mutation d'une entreprise au statut compliqué, dont le modèle est à bout de souffle

Réforme », « statut », « financement » : le lancinant jeu de bonneteau qui agite l'Agence France-Presse depuis des années trouvera-t-il une issue en 2014 ? Une sorte de « conjonction de planètes », pas du tout fortuite, pourrait le laisser penser. Pour le grand paquebot surplombant la place de la Bourse, l'événement serait de taille : en quinze ans, pas moins de cinq PDG s'y sont cassé les dents. Journalistes, techniciens et syndicats ont toujours défendu pied à pied des acquis sociaux substantiels, mais, surtout, le précieux « statut » fondateur de cette institution totalement atypique, et pourtant troisième agence de presse mondiale derrière le tandem anglo-saxon AP-Dow Jones et Reuters........ voir article complet de Daniel Bastien paru dans les Echos du 1 mars 2014

 

 

 

7/03/2014 - Jeff Pachoud, reporter photographe à l'AFP , a obtenu lors du 57e concours mondial de photojournalisme (World Press Photo) «Prix de la photo unique» dans la catégorie magazines sportifs.

Ce prix récompense son image prise d'un hélicoptère en janvier 2013 à Megève, montrant des concurrents d'une course de chiens de traîneau au milieu d'un paysage immaculé '(voir la photo primée).

Jeff Pachoud a rejoint l'AFP en 2006, il est aujourd'hui à Lyon où il couvre l'actualité régionale et internationale.

L' AFP  et l'émirat de Fujairah (Émirats arabes unis) lancent le concours international de photojournalisme, le Fujaïrah International Photojournalism Competition (FIPCOM). La remise des prix, dans les catégories actualité, environnement, économie, sport et reportage, aura lieu le 13 mars 2014, aux Docks, à Paris (XIIIe).

 

 

6/03/2014 - Getty images offre ses photos aux internautes ... La banque d'images américaine lance jeudi un nouvel outil permettant de partager la plupart de ses clichés (35 millions pour le moment) sur Internet, via un formulaire HTML ou sur Twitter. Le tout sera gratuit et légal, à condition qu'il s'agisse d'une utilisation à but non commercial.Une fois affichée sur un site tiers, la photo publiée fera mention de son auteur et renverra vers le site de Getty Images d'un simple clic.Nous voulons rendre disponible notre travail au plus grand nombre et que cela bénéficie à nos photographes», explique Craig Peters, vice-président de Getty en charge du développement commercial de l'entreprise. Getty Images, dont le site est ouvert au grand public, souffre comme les autres agences du vol de ses photos en ligne. «Les internautes utilisent déjà nos clichés sans acheter de licences», précise Craig Peters. "Nous vivons dans un monde où tout le monde peut publier du contenu en ligne"

Stratégie d'acquisition

Cette réalité est bien différente de celle dans laquelle est née Getty Images. Fondée en 1995 à Seattle, la banque d'images avait d'abord pour vocation de répondre aux demandes des agences publicitaires, qui génèrent encore la majorité de ses revenus. L'entreprise s'est développée au fil de nombreuses acquisitions de start-up et de plus petites banques d'images. Getty Images a finalement été elle même rachetée par le groupe Carlyle pour un montant de 3,3 milliards de dollars (2,4 milliards d'euros) en 2012

Getty Images s'est diversifiée progressivement vers les médias. L'entreprise a notamment signé un accord de distribution avec l'AFP en 2003, d'abord dans le secteur de la photo puis celle de la vidéo. Cette association ne lui a pas toujours porté chance. En novembre 2013, les deux agences ont été condamnées à verser 1,22 million de dollars (888.000 euros) au photojournaliste Daniel Morel. Elles avaient diffusé sans son autorisation des photos prises lors du tremblement de terre à Haîti, qu'il avait posté sur le réseau social Twitter

Investir le Web

Getty Images a eu des expériences plus heureuses avec Internet. L'entreprise a signé plusieurs partenariats avec des sites majeurs. C'est notamment le cas du réseau social d'images Pinterest,qui rémunère Getty depuis octobre 2013 afin d'utiliser légalement ses photos sur son site et d'en signaler la source à ses utilisateurs. Le nouvel outil de partage de Getty s'inscrit dans cette volonté de protéger les photographes dont le travail est publié en ligne. Il pourrait aussi représenter une nouvelle source de revenus pour la banque d'images, qui réfléchit déjà à un modèle publicitaire inspiré des vidéos YouTube. «Nous pensons que cette initiative va avoir un impact considérable», juge Craig Peters

Du côté des concurrents de Getty, on anticipe aussi la révolution Internet. «On essaye de trouver des créneaux où exister», décrit Mete Zhinogly, directeur-adjoint de Sipa Presse. «Notre site n'est ouvert qu'à nos clients, mais le clic-droit reste un sacré préjudice» Pour les agences, Internet est un mal nécessaire. (infos 20 minutes / Figaro.fr  via google)

 

 

26/02/2014 - Nous apprenons avec tristesse le récent décès à l'âge de 47 ans, de François Costil .

Engagé à l'AFP en 1996 en qualité d'agent technique il a travaillé successivement au service des terminaux texte, à l'ingénierie informatique, au service d'exploitation des serveurs systèmes départementaux, au service médias livraison puis depuis 2007,au centre d'exploitation région France.

Il était père de deux enfants  (HR avec infos JMB).

 

 

21 02/2014 - Nous avons appris avec tristesse le décès le 13 février à 59 ans, de Christa MAQUAIRE.

Embauchée en juillet 1981 au secrétariat technique en qualité de secrétaire sténo, puis secrétaire administrative, Christa MAQUAIRE était devenue assistante de rédaction à la Photographie en 1993.

L’incinération aura lieu le 20 février à Mérignac (33). Une cérémonie commémorative se tiendra mercredi 26 février à 11h au Père Lachaise.

Les témoignages de condoléances peuvent être adressés à laura.maquaire@gmail.com.

 

 

 23 /01/ 2014 - Un député propose que l'AFP crée une filiale pour lever 33 M EUR   

Le député Michel Françaix a proposé jeudi, dans un pré-rapport sur l'Agence France-Presse, que l'AFP crée une filiale centrée sur les investissements techniques afin d'obtenir 33 millions d'euros de financements publics nécessaires à son développement.

Le député socialiste, mandaté par le gouvernement en septembre pour se pencher sur l'avenir de l'AFP, estime que deux financeurs publics pourraient apporter ces fonds. L'apport à la filiale serait "compatible" avec les règles européennes, a-t-il expliqué à l'AFP.

La Caisse des dépôts s'est dite "ouverte à l'examen du dossier", a-t-il souligné. Épaulée par la Banque publique d'investissement, elle pourrait apporter 16 ou 17 millions d'euros, dont 8 millions en apport au capital de la nouvelle filiale et 8 millions en prêt. 

De son côté, le Commissariat général à l'investissement "pourrait apporter un prêt de 15 à 20 millions" via le Fonds national de la société numérique, a-t-il ajouté.

La nouvelle filiale achèterait des équipements techniques et les louerait à l'AFP. "Il ne s'agit pas de filialiser des activités éditoriales", a-t-il souligné. Pour sa part, l'AFP devra contribuer au capital de cette filiale, en fonds ou en moyens.

M. Françaix doit remettre son rapport final en mars.

Cette proposition intervient alors que l'AFP négocie avec la Commission européenne pour faire accepter la légalité de ses subventions d'Etat. Depuis une plainte de l'agence allemande DAPD contre l'AFP à Bruxelles en 2010, l'accusant de recevoir des subventions illicites de l'Etat français, l'Agence plaide pour faire reconnaître que ces subventions sont justifiées par ses missions d'intérêt général. 

En mars 2012, le Parlement français a reconnu légalement ces missions en les inscrivant dans le statut de l'AFP, ce qui a renforcé les arguments de l'Agence et écarté l'hypothèse d'une demande de remboursement d'aides antérieures. 

Reste une discussion sur les montants de subventions autorisées par Bruxelles à ce titre. Selon M. Françaix, Bruxelles pourrait accepter que l'Agence perçoive une subvention de 100 millions environ, sur les 120 millions que lui verse l'Etat actuellement. Les 20 millions supplémentaires seraient considérés comme relevant des abonnements de l'Etat à ses services.

Avant de se prononcer en faveur de la création d'une filiale, le député a exploré plusieurs autres pistes pour refinancer l'AFP sans passer par des subventions, qu'il a toutes écartées. Il a ainsi "rejeté définitivement" l'idée d'une privatisation, ou encore l'idée de la transformation de l'AFP en entreprise publique, qui obligerait à une refonte du statut de l'Agence, défini par une loi datant de 1957.

"Toute solution qui permet des apports de capitaux et de financer l'évolution de l'AFP en respectant son indépendance éditoriale est une bonne solution", a commenté le PDG de l'AFP, Emmanuel Hoog, rappelant que l'AFP a déjà plusieurs filiales.

Quant aux discussions en cours avec Bruxelles, "je souhaite qu'au titre des missions d'intérêt général, nous puissions asseoir une solution durable sérieuse", a-t-il ajouté.

"L'AFP connaît une érosion de ses clients historiques", a déclaré M. Françaix. "Sans diversification, son chiffre d'affaires baissera de 1% à 2% par an et elle sera en déficit. Or c'est la seule agence de presse de langue française, un vecteur d'influence de la France. Le statu quo serait une erreur stratégique", a-t-il estimé.

Le député propose aussi d'allonger le mandat du PDG de 3 à 5 ans, renouvelables. Il propose également d'ouvrir le conseil d'administration à de nouvelles personnalités, sans lien avec les clients, pour éviter que les administrateurs de l'AFP soient aussi tous ses clients.

Après un chiffre d'affaires estimé à 282,5 millions en 2013, l'Agence prévoit un résultat net à l'équilibre pour 2014 et vise une hausse de son chiffre d'affaires de 2 à 2,5% par an au cours de la période 2014-2018, grâce au développement de la vidéo, de l'information sportive et de l'international.(Info AFP)

leb/fa/pr-fmi/er

 

13/01/2014 - Pierre Feuilly nommé au poste de directeur régional au bureau AFP de Bordeaux, succède depuis décembre 2013  Odile Duperry, désormais en poste à Athènes.

Rencontre avec un journaliste à la carrière très riche qui a connu l’ORTF, mai 68, couvert les JO de Munich et fut plusieurs fois candidat à la présidence de l’AFP au niveau national.

« Je suis un autodidacte. Mon seul diplôme, c’est le certificat d’études que j’ai eu avec mention très bien », explique fièrement Pierre Feuilly, le nouveau directeur du bureau de l’AFP à Bordeaux, qui couvre une vaste zone : l’Aquitaine, Poitou-Charentes et Limousin. Aujourd’hui, à 66 ans, il a sous sa responsabilité 15 permanents (dont 7 journalistes, 2 photographes et 1 vidéaste) et pas moins de 53 pigistes ! L’homme parle avec passion de son métier. Et, son parcours est assez exceptionnel ........

...  Voir l'article complet de Nicolas César paru dans le "Club de la presse de Bordeaux"

 

 

Selon la direction, quelque 1.125 salariés au total étaient appelés à se prononcer. L'agence compte 2.260 collaborateurs dans le monde.

Mardi, dans un communiqué, la direction a réaffirmé qu'aucun de ces deux projets, en France et en Afrique, n'était finalisé, soulignant qu'il y aurait "bien un document retravaillé avec de nouvelles propositions dans le cadre d'un projet de Région France"."La région Afrique mérite une réflexion approfondie. La concertation va se poursuivre, rien n'a été décidé", a-t-elle ajouté.  (France 24)

Un arrêt de travail de 17H00 à minuit avait déjà été observé le 31 janvier pour les mêmes motifs. (voir articles précédents)

 

*

   Les News News AFP ...  Archives des années précédentes ..   

 année 2013       année 2012      année 2011      année 2010       année 2009       année 2008 

 

Copyright © 2008/2014 Amicale AFP Contact technique du site: